CBCours

Le site de votre professeur d'Histoire Géographie

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

janvier 28
by Catherine Bertin 28. janvier 2012 12:26

INTRODUCTION

C'est le dernier chapitre de notre étude des relations internationales depuis 1945. Nous avons vu qu'avec la fin de la guerre froide et surtout l'effondrement du bloc soviétique dans le chapitre précédent, les Etats-Unis apparaissent comme la seule vraie puissance mondiale. Et pourtant le modèle américain est de plus en plus contesté, les conflits au lieu de disparaître se sont amplifiés et surtout se sont multipliés sur les divers continents. Un nouveau problème occupe les esprits qui est la montée de l'intégrisme religieux islamique et le système multipolaire dans lequel nous vivons ne trouve pas de solution à ces conflits ou à la vague terroriste. Les Américains se posent comme les gendarmes de la planète pendant que tout le monde espère que l'ONU jouera ce rôle de façon plus neutre et plus intéressante. Quel est donc ce nouvel ordre mondial?

 

1 : UN MONDE PLUS QUE JAMAIS INSTABLE :

         1.1 :Les Etats-Unis sont l’hyperpuissance mondiale

Le terme d’hyperpuissance est donné aux Etats-Unis car la puissance des Etats-Unis repose sur 4 piliers : la supériorité militaire, la puissance économique, l’avance technologique et le rayonnement culturel.

· Depuis 1991, les Etats-Unis sont la seule hyperpuissance militaire de la planète. Il est vrai que le budget de la défense américain représente 30% des dépenses fédérales et depuis les administrations Bush le pays a investi dans des armes toujours plus sophistiquées.

· Ces dépenses militaires visent 3 objectifs : dissuader tout adversaire de se lancer dans une nouvelle course aux armements + gagner une guerre localisée+ soutenir l’industrie nationale de l’armement.

· Les Américains possèdent une domination stratégique utilisant l'entrée progressive des PECO ( Pays d'Europe Centrale et Orientale) dans l'OTAN. En 1997, un conseil permanent a été instauré entre les dirigeants de l'OTAN et de la Russie afin d'associer Moscou aux décisions prises pour la sécurité de l'Europe.

· Les Américains passent pour les gendarmes du monde car leur potentiel leur permet d'intervenir à tout moment. Leur premier objectif reste la protection de leur propre territoire contre les " Etats voyous" qui sont les derniers bastions du communiste où les pays susceptibles de protéger le terrorisme.

Exemples d'intervention: la première guerre du Golfe en 1990 où ils ont fait intervenir les pays de l'OTAN; L'opération " rendre l'espoir" , d'aide humanitaire en Somalie ; en 1994 les troupes américaines débarquent en Haïti pour y rétablir la démocratie; en 95 elles interviennent dans le conflit bosniaque dans le cadre de l'OTAN; en 99 , toujours dans le même cadre elles interviennent au Kosovo pour mettre fin au massacre des albanais par les Serbes; la lutte contre le régime Taliban en Afghanistan en 2001 et la deuxième guerre du Golfe en 2003.

. Jusqu’à la récente crise mondiale, les Etats-unis ont bénéficié d’une éclatante réussite économique et même s’ils ne représentent que 5% de la population mondiale, ils produisent 1/3 de la richesse mondiale. Leur avance technologique par rapport à l’Europe et au Japon n’a fait que se creuser et est leur grande force.

· La faillite de l’Union soviétique a fait du système politique américain une sorte de modèle universel et a augmenté la domination culturelle des américains. Les films, les vêtements et les modes de vie à l’américaine ont joué sur l’uniformisation des modes de vie à l’échelle mondiale et l’élection de Barack Obama qui vient de frapper le monde entier comme représentant la chance de renouvellement des Etats-Unis va renforcer l’engouement pour les Etats-Unis.

Mais l’hyperpuissance américaine n’est pas synonyme de stabilité puisqu’au contraire elle se heurte à l'émiettement du monde en 193 états qui résistent à l'uniformisation et à certains groupes montants comme l'Union Européenne qui représente une autre voie tout aussi libérale et démocratique .

· L'une des résistances vient des associations régionales comme l'Union Européenne qui vise à concurrencer la puissance économique des Américains.

· Les associations altermondialistes contestent l'hégémonie américaine en mobilisant leurs forces lors de forums très médiatisés.

· Les Pays en développement du Sud, de l'Afrique, du Proche et du Moyen-Orient développent de plus en plus un fort antiaméricanisme.

· Les Etats-Unis sont devenus la cible d'organisations terroristes comme Al-Qaïda du milliardaire saoudien Oussama Ben Laden ce qui a provoqué les attentats de certaines ambassades comme à Naïrobi en 1999 ou à Aden en 2000. N'oublions pas bien-sûr les attentats les plus meurtriers du 11 septembre 2001.

· La France, l'Allemagne, le Tiers-Monde et l'ONU contesteront la campagne de 2001 contre le régime des Talibans soupçonné d'abriter les bases d'Al-Qaïda et surtout contre l'Irak en 2003 soupçonné de posséder des armes chimiques et bactériologiques.

· On peut leur reprocher une diplomatie unilatérale. A l'arrivée à la Maison Blanche de Bill Clinton en janvier 1993, la stratégie américaine évolue: au principe d'un nouvel ordre mondial fondé sur la coopération internationale succède une diplomatie unilatérale qui tient davantage compte des intérêts américains. C'est ainsi qu'en 96, Bill Clinton engage une offensive visant à décrédibiliser l'ONU . Bush a renforcé cette attitude et c’est pour cela que l’on attend de voir qu’elle sera l’attitude internationale du nouveau président. Mais le choix d’Hillary Clinton comme secrétaire d’état donc ministre des affaires étrangères et le maintien de l’ancien chef de la CIA Robert Gates au ministère de la défense, laissent planer les doutes…

      1.2 :Les causes de l’instabilité et de la multiplication des conflits

Après la guerre froide, le monde semble de plus en plus instable du fait des replis identitaires. Ceux-ci provoquent un réveil des identités culturelles avec un retour très fort de la religion et du nationalisme. L'équilibre de la terreur et le système d'alliances des deux Grands favorisaient une certaine stabilité et sa disparition laisse de nombreux états livrés à eux-mêmes. Cela libère les nationalismes et les haines religieuses.

· En Europe la Tchécoslovaquie, suite à un processus pacifique, se sépare ainsi entre les Tchèques ( République Tchèque) et les Slaves qui forment la Slovaquie. En revanche en Yougoslavie, la multiplicité des ethnies entraîne un éclatement qui s'effectue dans la violence. Quand la Slovénie et la Croatie en 1991 proclament leur indépendance , le gouvernement fédéral intervient sous couvert de défendre les Serbes vivant dans ces états. Les forces serbes entreprennent la " purification ethnique" des régions qu'ils occupent et les Européens étant incapables de mettre fin au conflit , il faudra l'intervention de l'ONU. Ce sont les Américains qui imposeront la paix avec les accords de Dayton .

Le continent eurasiatique concentre l'essentiel des conflits des dernières décennies. C'est ce que les américains appelleront l'arc des crises et qui englobe la région allant des Balkans jusqu'au Pakistan. Cet arc de crises fait payer un lourd tribut surtout aux civils, faisant même réapparaître la notion de crime de guerre.

· Dans le Caucase, une mosaïque de peuples vit tout en connaissant une montée en puissance du nationalisme et du fondamentalisme religieux. Les Tchéchènes réclament leur indépendance mais les russes craignant pour l'intégrité du territoire et surtout pour le pétrole interviennent.

· En Afghanistan, en 1979 les communistes se sont emparés du pouvoir. Les soviétiques envahissent le pays pour soutenir ce régime. C'est la guerre civile et lorsqu'en 1989 les soviétiques quittent l'Afghanistan, la guerre civile redouble d'intensité. Les Talibans prennent le pouvoir en 1997 . Talibans veut dire «  les étudiants en religion » et c’est un mouvement religieux armé capable de s’emparer de Kaboul la capitale. Mais les Talibans vont aider Oussama Ben Laden à planifier les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et en représailles, l’armée américaine les chasseront du pouvoir en novembre 2001. et vont s'y maintenir jusqu'en 2001 avec l'intervention des américains. Après la chute des Talibans, la situation se normalise tant bien que mal. .

· Le Cachemire est revendiqué aussi bien par l'Inde que par le Pakistan et les deux pays possèdent l'arme atomique. Seul l'ONU arrive à maintenir la paix depuis 1949.

Le monde est devenu de plus en plus dangereux car il y a un effort d’armement qui est général et qu’il y a toujours le risque de prolifération nucléaire par l’acquisition d’armement nucléaire de pays auprès des 5 grandes puissances que sont les E-Unis, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni et la France.

· Les pays comme les Etats du Golfe qui ont de gros moyens financiers par les revenus du pétrole peuvent moderniser leurs armées. La Russie qui ne peut entretenir plus longtemps des équipements militaires hérités de la guerre froide, les vend à bas prix aux pays les plus pauvres.

· Les pays occidentaux eux, ont réorganisé leurs armées en abandonnant le service militaire obligatoire et en professionnalisant leurs troupes comme en France. Ils se sont tous dotés d’unités aéronavales capables d’intervenir rapidement partout dans le monde.

· Depuis les années 70, Israël, l’Inde, le Pakistan détiennent la bombe A et ont refusé de signer le traité de non prolifération nucléaire de la détente. La Corée du Nord, l’Iran ne cachent pas leurs ambitions nucléaires et faute de savoir-faire technologique les autres comme la Libye, l’Irak privilégient les armes chimiques qui sont plus simples et faciles à dissimuler mais qui représentent des menaces diffuses difficiles à contrôler.

                 1.3 :Les difficultés de l’Afrique :

La fin de la guerre froide a déstabilisé les régimes autoritaires africains qui avaient été longtemps soutenus par les deux Grands. Elle a aussi relancé les guerres civiles.

· La fin des régimes autoritaires n’a pas été toujours synonyme de démocratisation avec un respect du pluralisme politique car l’armée joue toujours en Afrique un rôle important et les coups d’état sont fréquents comme au mali en 91, au Niger en 96 et 99 et en Mauritanie en 99.

· Le résultat le plus positif fut l’Afrique du Sud qui est le pays le plus riche du continent africain et dont la minorité blanche ayant mis en place depuis 1948 un régime de ségrégation raciale , l’apartheid avait interdit l’ANC le principal parti noir de Nelson Mandela qui était emprisonné depuis 1962. Les pressions occidentales furent suffisamment fortes pour que Mandela soit libéré en 1990 que le gouvernement abolisse l’apartheid et organise en 1994 des élections multiraciales à l’issue desquelles Mandela est élu président de la république.

· Les frontières héritées de la période coloniale rassemblent des peuples dont la culture, la langue et la religion sont très hétérogènes. Le pouvoir central n’est toujours que le représentant d’une ethnie au détriment des autres donc les conflits interethniques sont très nombreux. Ex : entre 2003 et 2007 la guerre civile au Darfour ( Soudan) a provoqué la mort de 200 000 civils.

Au Rwanda les conflits entre Hutus et Tutsis débouchent sur un véritable génocide. Entre avril et juillet 1994, 1 million de tutsis sont systématiquement assassinés par les miliciens Hutus encouragés par le pouvoir central. Armés de machettes, galvanisés par les appels de la radio nationale, ils finissent par arrêter les massacres grâce à l’intervention des troupes tutsies venues d’Ouganda.

· Les organisations humanitaires réclament la création d’un droit d’ingérence humanitaire mais l’ONU ne veut pas agir à l’encontre de la souveraineté des états. Seuls les casques bleus s’interposent et la cour pénale internationale siège à la Haye pour juger des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. C’est ainsi que l’ancien dictateur du Libéria Charles Taylor fut arrêté en 2006 dans son exil au Nigéria.

L’Afrique souffre aussi du poids de la pauvreté.

· Les revenus tirés des ressources naturelles du continent sont absorbés par le service de la dette et par les dépenses militaires. Les guerres civiles appauvrissent des régions entières, entravent le commerce et la circulation des personnes. è les famines de l’Ethiopie, de la Somalie ou du Soudan.

· Les Etats africains sont trop dépendants des pays du Nord pour réaliser leurs infrastructures et si de notre côté nous parlons de coopération africaine, les Etats africains le ressentent plutôt comme du néocolonialisme.

· La dernière catastrophe en date depuis 1980 est la progression de l’épidémie du SIDA. L’Afrique subsaharienne est la région la plus touchée au monde et l’OMS comme les ONG reconnaissent peiner à empêcher la propagation de l’épidémie. La trithérapie est très onéreuse et les pays africains ne peuvent pas financer de tels soins.

 

2 : LA MONTEE DE L’ISLAMISME ET DU TERRORISME INTERNATIONAL

          2.1 Qu’est-ce que l’islamisme ?

L'Islamisme c'est le strict respect des préceptes du Coran ramenés à la vie sociale,économique et politique.

· L'islamisme est aussi l'utilisation politique de l'Islam qui vise à fonder Aujourd'hui il y a 1 milliard d'islamistes dans le monde: en Arabie, en Indonésie, en Afrique du Nord et subsaharienne. Il faut ajouter les fortes communautés musulmanes implantées partout dans le monde.

· Tous les musulmans font partie de l'Umma. Les Sunnites sont majoritaires et considèrent que le pouvoir doit appartenir aux plus puissants, donc aux familles les plus fortes. Les Shiites considèrent que le pouvoir doit être donnée aux descendants directs de Mahomet . Les Sunnites sont plus modérés que les Shiites qui sont plus extrêmistes et qui pensent que le pouvoir politique est lié à la religion. Le mouvement shiite s’est donc enraciné dans les couches les plus modestes des pays arabes, celles qui sont les plus touchées par la misère et le chômage et qui attendent une amélioration de leurs conditions de vie.

C’est ainsi qu’un islamisme plus radical s’est mis en place.

· Face à l'occidentalisation les musulmans voient dans l'Islam un moyen d'affirmer leur identité.Les leaders islamistes n'hésitent pas à user des méthodes modernes pour diffuser leurs idées comme internet, le satellite et les médias.

· Le succès de l'islamisme est aussi le résultat de la corruption et de l'autoritarisme des régimes politiques. L'islamisme refuse la prépondérance occidentale et la mondialisation d'après le modèle américain. Donc l’islamisme radical a une tonalité anti-occidentale plus marquée.

L'islamisme s'est développé en 4 vagues successives.

· En 1928 les Frères musulmans en Egypte prônent une politique sociale et réformatrice qui glisserait la religion dans la société.Ils créent des associations humanitaires et éducatives. A partir de 1960 le mouvement se radicalise et vise le pouvoir politique. Ils vont juger les gouvernements arabes impies et corrompus car soumis aux pays occidentaux. C’est ainsi qu’en 1981 le président égyptien Sadate est assassiné par les Frères musulmans.

· En 1979 l'imam Khomeiny s'empare du pouvoir en Iran et nomme les américains et soviétiques les " deux satans". Avec cette révolution c'est le début de l'islamisme politique qui impose une théocratie constitutionnelle où l'ayatollah guide l'état et où l'assemblée et le président élus se chargent seulement d'appliquer ses orientations.

· En Afghanistan des mouvements islamiques dans les années 1980 tentent de renverser le pouvoir communiste instauré en 1970.Les méthodes deviennent violentes. Les Talibans prennent le pouvoir en 88 et soutiennent le mouvement islamiste partout dans le monde.

· Même en Algérie c'est la guerre civile depuis 1992 car le FLN, le parti unique au pouvoir n'est plus capable de maîtriser la situation politique, économique et sociale depuis les émeutes de 1998. Face à lui le FIS propose une république islamique et agit dans la clandestinité sous forme de guérilla, commettant de nombreux assassinats de journalistes, d'hommes politiques , d'intellectuels ou de chrétiens.

La guerre du golfe fut un révélateur des fractures du monde musulman.

· La disparition de l’influence soviétique au moyen-Orient avait autorisé les Etats arabe à mener une politique plus autonome. C’est ainsi que Sadam Hussein le président irakien décide d’envahir le Koweit en août 1990, non seulement parce qu’il convoite les richesses pétrolières mais aussi parce qu’il ne peut lui rembourser une dette colossale. Or, les Etats-Unis considèrent la région du Golfe comme une zone vitale pour leurs intérêts et sou l’égide de l’ONU ils vont rassembler une coalition d’une trentaine de pays dont la France pour l’opération «  tempête du désert » du 16 janvier au 23 février 1991. La victoire de la coalition est rapide et les irakiens quittent le Koweït. L’Irak est soumis à l’embargo et Sadam Hussein est contraint d’autoriser les inspecteurs de l’ONU à enquêter sur son armement.

· La guerre du golfe a accentué les fractures au sein du monde musulman puisque certains pays comme l’Egypte, les monarchies du Golfe et l’Arabie Saoudite ont soutenu les Etats-Unis et d’autres comme la Syrie, l’Iran et les territoires palestiniens s’y sont opposés.

      2.2 : Le Moyen-Orient est la poudrière du monde du 21ème siècle

Le Moyen-Orient fait partie de l'axe des crises . C’est aussi l’épicentre le l’islamisme.C'est un enjeu important car c'est une zone de contact entre l'Afrique, l'Europe et l'Asie. C'est une voie de passage, et une situation stratégique.

· C'est une région riche au point de vue des richesses en hydrocarbures. C

· 'est une région constituée d'une mosaïque de peuples aux avis divergents et qui défendent chacun leurs intérêts.

· L'eau est un facteur de tension également: les eaux de l'Euphrate sont partagées entre la Turquie, la Syrie et l'Irak qui doit se contenter de peu et souvent d'une eau polluée.

 

Le Moyen-Orient connaît le plus la montée en puissance de l'islamisme.

· Au Liban entre 1970 et 1990 une guerre civile va opposer les chrétiens au sud aux islamistes au nord. Les Israéliens et les Syriens vont soutenir l'un ou l'autre camp jusqu'à ce que la zone soit pacifiée par les casques bleus.

· Entre 1980 et 1989 c'est le conflit entre l'Iran et l'Irak qui dure jusqu'à ce que l'ONU et les soviétiques coordonnent leurs efforts pour obtenir un cessez le feu.

· La première guerre du golfe débute lorsque l'Irak envahit le Koweit. Les Américains interviennent avec l'armée française et avec d'autres pays européens.

· La deuxième guerre du golfe démarre en 2003. L'Irak est soupçonnée de détenir des armes de destruction massive et de soutenir des mouvements terroristes

 

Le cœur du problème reste le conflit israëlo-palestinien. Au 19ème siècle, le sionisme se réveille . Ce mouvement défend la cause israélienne et revendique le retour de la diaspora juive en Israël. Le génocide juif entraîne la création de l'Israël en 1947 par l'ONU.

· Le partage de l'état est injuste et inégal . Jérusalem est revendiquée par les deux peuples, Israël et Palestine puisque c'est l'ONU qui l'administre au départ.

· Un premier angle du conflit est celui du conflit entre Israël et les pays arabes. Les pays voisins défendent la cause palestinienne et se réunissent pour attaquer Israël. Israël est soutenue par l'Occident. En 1956, avec la crise de Suez c'est la guerre avec l'Egypte et la victoire d'Israël . En 1967 avec la guerre des 6 jours, Israël occupe toute la Palestine ainsi que le Sinaï. L'ONU interviendra sans grand succès. En 1973, avec la guerre du Kippour, la ligue arabe tentent de surprendre Israël sans succès. Les pays arabes provoquent le choc pétrolier afin de sanctionner l'Occident qui soutient Israël. A partir du milieu des années 70 les tentatives de négociations se font sous l'arbitrage des américains. Israël et l'Egypte signent la paix lors des accords de Camp David et de nombreux pays arabes reconnaissent l'existence de l'état d'Israël.

· Un deuxième angle du conflit est celui de la lutte directe entre Israël et la Palestine. Les palestiniens remettent en cause dès 1947 le partage de la Palestine.La création de l'OLP marque le début de l'affrontement. Après la guerre des 6 jours, l'occupation des israéliens sur le territoire palestinien amplifie le conflit. En 1970, des attentats touchent aux jeux olympiques des athlètes palestiniens puis en 1982, l'armée israélienne entre au Liban. En 1987, l'OLP fait appel à l'intifada donc à la révolte populaire et cherche à provoquer la réaction de l'Occident. Il s’agit de lancer des pierres contre les soldats israéliens et naît de cette intifada le Hamas, le mouvement islamiste palestinien qui s’oppose au processus de paix, à Yasser Arafat et prône l’action violente et le terrorisme. Le rapprochement existe cependant puisqu'en 1980 la Palestine a reconnu l'état d'Israel mais elle souhaite toujours un partage équitable. Malgré les accords d'Oslo en 93 obtenus par Bill Clinton, qui disent que les forces israéliennes doivent quitter les territoires palestiniens, la paix s'enlise depuis 1995. De plus en se rendant avec une impressionnante escorte policière sur l'esplanade des Mosquées ( haut lieu de l'Islam), le 28 septembre 2000, le général Ariel Sharon , devenu premier ministre israélien , relance l'intifada. Son geste est perçu comme une provocation et il bloque le processus de paix déjà fragile. En réponse les groupes paramilitaires du Fatah et une partie de la police de l'Autorité palestinienne apportent alors leur soutien aux adolescents armés de pierres qui osent affronter l'armée israélienne. En 2001 cette droite israélienne très dure arrive au pouvoir avec le premier ministre Ariel Sharon qui légitime sa politique d'implantations de nouvelles colonies dans les territoires occupés par la lutte contre le terrorisme menée par les Etats-Unis. Le dernier rebondissement date du 26 janvier 2006 et du résultat des élections législatives palestiniennes donnant la majorité au parti du Hamas et entraînant la démission du gouvernement traditionnel du Fatah . Le Hamas a une réputation sulfureuse puisqu'il réclame d'abord la destruction de l'Etat d'Israël, qu'il est une des branches des Frères Musulmans réputés pour leur intégrisme, qu'il est à l'origine de la première intifada et de nombreux attentats, leurs jeunes adhérents agissant comme des Kamikazes. De plus à partir de juillet 2006 l’armée israélienne a envahi le Liban pour détruire les milices du Hezbollah (parti et milice armée voulant instaurer un état islamique au Liban) qui tirent des roquettes sur Israël depuis le Liban. L’opération sera un échec.

· Cela s'explique par une autorité palestinienne insuffisante surtout depuis la mort de Yasser Arafat; par un territoire palestinien trop morcelé; par la persistance des colonies israéliennes dans les territoires occupés car le retrait d'Israël des territoires occupés a toujours été rendu difficile par la multiplication des colonies. Même quand Israël se retire le statut des nouveaux territoires pose problème car les palestiniens veulent un seul Etat palestinien souverain alors qu'Israël se contenterait d'une Autorité palestinienne autonome; par le refus d'Israël de rendre le plateau du Golan ce qui crée une tension de frontière avec la Syrie; par l'autorité israélienne sur la ville de Jérusalem; par la question des réfugiés: 4 millions de personnes, soit la moitié de la population palestinienne sont des réfugiés. L'Onu leur reconnaît le droit au retour avec compensation financière mais si les israëliens comprennent l'indemnité , ils redoutent ce retour car la croissance de la population palestinienne est plus rapide que celle de la population juive et ils craignent pour l'existence même de leur Etat. La pauvreté des palestiniens dans la bande de Gaza et le récent conflit en cours est la preuve que le conflit israélo-palestinien est loin de trouver une issue.

     2.3 : Le terrorisme international est devenu la préoccupation majeure

Le choc du 11 septembre 2001 a fait du terrorisme une préoccupation majeure de la planète.

· Les faits : Au matin du 11 septembre 2001, deux avions qui ont été détournés peu après leur décollage, percutent le World Trade Center, le plus important centre d’affaires de New York. Les deux tours jumelles s’effondrent en quelques heures, tuant plus de 3000 personnes. Dans le même temps, un avion s’abat sur le Pentagone, le siège du ministère américain de la défense et un quatrième avion s’écrase dans une forêt de Pennsylvanie après que les passagers aient tenté de maîtriser les pirates de l’air.

· L’impact : le choc dans l’opinion publique fut considérable car les images furent diffusées en direct par les télévisions du monde entier. Depuis 98, de nombreux intérêts américaines dans le monde comme en Afrique avaient été visés par des attentats mais en 2001 l’effet de surprise est total et surtout le 11 septembre révèle au monde que le territoire américain n’est plus un sanctuaire épargné par les guerres. Avoir touché le cœur économique et militaire des Etats-Unis est en plus symbolique.

· L’ennemi public n°1 devient Oussama Ben Laden et Al Qaïda. « la base ». Al Qaïda est une nébuleuse islamiste aux ramifications internationales. Très éclatée, peu structurée, elle est financée par un riche milliardaire saoudien Oussama Ben Laden. Elle rejette la civilisation occidentale, la politique israélienne et la présence des troupes américaines au Proche-Orient. Elle dénonce l’alliance de certains régimes arabes avec l’Occident et appelle les populations d’Egypte ou d’Arabie à se soulever contre leurs dirigeants. Les Etats-Unis sont persuadés que Ben Laden se cache en Afghanistan et c’est ainsi qu’ils renversent le régime des Talibans en décembre 2001, afin de capturer Ben Laden et de détruire les camps d’entraînement d’Al Qaïda. Mais Ben Laden s’enfuit.

· Le terrorisme va s’internationaliser : des attentats spectaculaires se produisent en Indonésie (Bali en 2002 ;2003) au Maroc (Casablanca en 2003) en Arabie Saoudite ( Ryad 2003) en Turquie ( Istanbul en 2003) en Espagne ( Madrid en 2004) en Angleterre ( Londres en 2005).

L’administration Bush va répondre par l’unilatéralisme et la guerre contre l’axe du mal.

· Georges W.Bush décide la guerre contre les Etats qui soutiennent le terrorisme et cela inclut la Corée du nord, l’Irak et l’Iran. L’Irak est particulièrement visé car Sadam Hussein est accusé sans véritables preuves de soutenir les réseaux d’Al Qaïda et de détenir des armes de destruction massive. Derrière cette lutte, se cache aussi le contrôle des réserves de pétrole de l’Irak.

· Contre l’avis de la France, de La Russie et de la Chine qui souhaite une action multilatérale de l’ONU, G.W.Bush se lancent dans une nouvelle guerre en Irak au printemps 2003 soutenu par le Royaume-Uni . Il capture Sadam Hussein et le font exécuter le 30 décembre 2006 et installe un gouvernement provisoire. Depuis les sunnites et les shiites irakiens se livrent une guerre civile sans merci qui compromet la stabilité du pays et les troupes américaines sont la cible d’attentats. L’opinion internationale mais aussi américaine ne soutient plus le maintien des forces en Irak. Ce sera l’un des défis du nouveau président américain, le retrait des troupes américaines.

 

CONCLUSION

On peut constater que lors de ces conflits la réaction et l'intervention internationale est très réduite.

L'ONU ne peut intervenir dans des conflits internes .Par contre en 1988 l'ONU reconnaît le droit à l'assistance humanitaire aux victimes de situations d'urgence. Des interventions sont ainsi organisées sous mandat de l'ONU, en Irak pour soutenir les Kurdes en 91, en Somalie en 92, en Yougoslavie ou au Rwanda. C'est le droit d'ingérence. Mais celui-ci est difficile à appliquer partout où il serait nécessaire faute de forces militaires suffisantes.

Le droit international reste limité: en 1993 l'ONU créé le Tribunal pénal international pour l'ex Yougoslavie puis pour le Rwanda. La cour européenne de justice de la Haye a jugé ainsi le président yougoslave Slobodan Milosevic. En 2002 une Cour Pénale Internationale est même instituée pour juger plus généralement les individus coupables de crimes contre l'humanité mais ni la Chine, ni les Etats-Unis ni les Etats du Proche Orient ne reconnaissent son autorité....

Les grandes puissances s'abstiennent aussi d'intervenir dans des régions qui n'offrent pas d'intérêt économique. Par exemple, elles ignorent les problèmes africains alors qu'elles interviennent au Proche-Orient.....où il y a du pétrole.....

Un nouveau type de menace est apparu: le terrorisme, la Mafia, la possession probable de l'arme nucléaire par l'Irak, la Libye et la Corée du Nord.

Tags:

Cours d'Histoire de première | Cours d'histoire de terminale

LA REUNION DEPUIS 1945

janvier 20
by Catherine Bertin 20. janvier 2012 08:09

Voici une fiche-résumé des éléments les plus importants de l’histoire politique et sociale de notre île depuis la départementalisation. Elle peut vous permettre de réaliser un sujet très classique sur ce sujet régional , le jour du Bac.

Problématique : Quelle évolution politique ? un exemple original de décolonisation ? Quelle évolution de la société cela implique ?

1 : DE LA COLONIE A LA DEPARTEMENTALISATION :

1.1 : Pourquoi la colonie devient elle un département ?

L'idée de faire de la Réunion un département date de la Révolution. Il faut la seconde guerre pour que le projet revienne d'actualité. Pourquoi?

  • La Réunion n'est pas une colonie d'Afrique ou d'Asie. Sa particularité est d'être une colonie de peuplement. Il n'y avait pas d'indigènes. Il n'y a pas eu de conquête, donc elle n'a pas besoin d'administrateur sorti de l'école coloniale mais a besoin d'un préfet.
  • C’est la meilleure solution pour affirmer le statut exclusivement français de l'île.
  • La décolonisation avait pour but de favoriser le développement économique des pays du tiers-monde tout en les retenant dans le camp occidental. Mais à la Réunion , il n'y a pas une société coloniale superposée par la colonisation à une société autochtone. C'est la colonisation même qui est à l'origine de cette société créole, donc de son pluri-ethnisme.
  • Finalement on ne peut pas seulement décoloniser et guider la colonie vers la souveraineté internationale. Il faut intégrer la Réunion dans la République en lui étendant les institutions politiques et sociales de la métropole. Le but recherché n'est pas l'égalité des Réunionnais, dans la société internationale mais l'égalité des individus ( réunionnais ou métropolitains) en tant que citoyens dans la même république.
  • La pauvreté économico-sociale de l'île est terrible. André Capagorry rencontre d'énormes problèmes dans le ravitaillement même en riz. L'île est au bord de la famine quand il envoie le Léopard chercher du riz à Madagascar. Mais ce n'est qu'une solution provisoire. La départementalisation ne peut qu'obliger la métropole à consentir des efforts particuliers, à équiper l'île en industries, infrastructures, à améliorer l'habitat, à désenclaver l'île par le port, l'aérodrome, à l'équiper de centrales thermiques et hydroélectriques.

Comment?

  • La population réclame la départementalisation et le projet sera présenté à l'assemblée par les députés Léon Lepervanche, Raymond Vergès, Gaston Monnerville, Félix Eboué et Bissel. Il sera voté à l'unanimité et c'est la loi du 19 mars 1946 qui transforme la Réunion, La Guyane et les Antilles en départements français d'Outre-Mer. Le premier préfet de la Réunion sera Paul Demange et le 20 juillet 1947 et remplacera le gouvernement Capagorry.
  • Il faut réaliser que les notables créoles " plantocates" n'ont guère apprécié ce changement car ils étaient attachés aux privilèges et à l'idéologie de l'ancien statut colonial.
  • Les forces politiques de gauche elles, ont pu se servir de la décolonisation pour transformer la structure du pouvoir dans l'île, pour mettre fin à la misère et à l'exploitation sociale. Elles seront déçues et le développement de la guerre froide et la condamnation du communisme vont pousser les communistes réunionnais à se tourner ensuite vers l'autonomie. 

1.2 : Les conséquences d’une nouvelle réalité :

  • La départementalisation va transformer jusqu'à la structure même de la société créole qui était de 80% de prolétaires pour 20% de familles fortunées.
  • Les services extérieurs des divers ministères français et les nouvelles entreprises créent de nouveaux emplois et font émerger une classe nouvelle: la moyenne bourgeoisie.
  • Les côtés positifs sont la caisse générale de sécurité sociale créée en 1948, la lutte contre le paludisme, l'augmentation du nombre de magasins, de voitures.
  • Mais cela implique des côtés pervers: on note une véritable explosion démographique ( taux de natalité 50°/oo ) alors que les écoles, les logements sont insuffisants ainsi que le travail surtout pour les femmes. L'explosion urbaine provoque l'exode rural et l'abandon de milliers d'hectares de bonnes terres, ce qui explique l'accroissement du chômage en ville , de la misère et de l'alcoolisme.
  • Les aides de l'état sont de plus en plus nombreuses et font une Réunion assistée et sans motivation. Même les " chantiers de travail" n'épargnent pas le chômage.
  • La classe des employés de bureau, les fonctionnaires augmentent.
  • Les allocations restent inférieures à celles de la métropole.

2 : L’EVOLUTION DE LA SOCIETE REUNIONNAISE DEPUIS 1946 :

      2.1 : La situation économique d’après-guerre :

C'est la pauvreté qui domine. C'est un département sous-développé.

  • Economiquement: La Réunion est naturellement isolée. Cela a été renforcé par la guerre. Par exemple la production de sucre qui était de 110 000 t en 1940 n'est plus que de 13 000t en 1944. Il n'y a que 40kms de routes bitumées. Le chemin de fer est quasiment inutilisable. Le port de la pointe des galets est obstrué et il n'y a que celui-ci.
  • Socialement: La population est aux 3/4 analphabète. Il n'y a qu'un seul lycée et moins de 50 classes primaires avec une centaine d'instituteurs n'ayant même de diplôme d'enseignant. Le taux de mortalité infantile est terrible: 145°/oo. La mortalité est forte en générale car la population souffre de malnutrition et les maladies comme la tuberculose, le paludisme, l'alcoolisme et la parasitose sont nombreuses.
  • La société est très inégalitaire avec une élite riche et une masse pauvre; il n'y a pas de classe moyenne.Les pauvres rendent de multiples services aux riches qui survivent grâce à cela. Cette forme de dépendance a remplacé l'esclavage et l'engagisme. On l'appelle le clientélisme.

       2.2 : Les améliorations liées à la départementalisation :

De 1946 à 1960, la Réunion ne bénéficie que très lentement des changements impliqués par son nouveau statut.

  • Les améliorations les plus visibles sont dans le domaine médical avec la lutte contre le paludisme.
  • Le problème de la forte natalité , du manque d'éducation et le peu de travail possible sur l'île favorisent la mobilité. Les réunionnais vont bouger vers Madagascar notamment , vers la région de la Sakay qui est riche mais qui doit être aménagée au niveau agricole. A partir de 1952 ce sont des familles entières qui vont s'y installer. L'autre direction possible est la métropole: le BU.MI.DOM ( bureau des migrations des départements d'Outre-Mer aident les jeunes réunionnais qui veulent travailler en métropole. Un exemple plus pénible de mobilité est celui baptisé " les enfants de la Creuse". Il s'agit d'orphelins de la DDASS qui sont envoyés pour repeupler cette région particulièrement touchée par le vieillissement de sa population d'origine.
  • D'un point de vue économique, la situation ne s'améliore pas.

                 2.3 : Le passage à une société de consommation

Après les années 60, c'est une société de consommation de masse qui va se mettre en place sous l'impulsion de certains hommes politiques comme Michel Debré qui craignent de laisser cette île trop pauvre aux mains des communistes. Nous sommes loin pourtant de la guerre froide mais la rivalité politique existe ici aussi...

  • L'Etat français devient un état providence car c'est la grande époque des transferts financiers vers l'île.
  • Les services publics se développent et participent eux aussi à la tertiarisation des activités.
  • Le nombre des grandes surfaces va exploser .
  • De grands travaux de rattrapage sont menés par l'Etat: la 4 voies va remplacer la route en corniche en 1976. Le port de la pointe des galets voit son trafic augmenter. La piste de Gillot est allongée en 1967 et le rend aéroport international.
  • Les conditions de logement s'améliorent: les cases TOMI font leur apparition; la résorption des bidonvilles est un grand chantier avec des logements sociaux qui se développent (LTS).
  • Au niveau scolaire et culturel la Réunion change: la télévision supplante la radio. Les liaisons satellites s'installent. Le lycée Roland Garros est construit en 1965 et bien d'autres suivront. La Réunion est dotée d'un centre universitaire en 1967 mais qui est rattaché à l'académie d'Aix Marseille, et qui devient autonome en 1975. Tout cela n'empêche pas de sauvegarder l'identité réunionnaise et de défendre la culture créole. C'est ainsi que le CAPES de créole a été créé en 2002 et que des groupes de musiciens tels Ziskakan ou Baster sont reconnus dans le milieu musical français.
  • C'est réellement à partir des années 80-90 que la Réunion accède à la consommation de masse mais celle-ci ne s'accompagne ni du plein emploi ni d'un équilibre de la balance commerciale. L'enjeu de demain est de combler ce décalage.
  • Le chômage gagne du terrain malgré la croissance économique. Il est à 34% et ne se borne pas à certaines couches socio-professionnelles. La pression démographique l'accentue. Les emplois précaires ne sont pas une solution.
  • Le tourisme devient une activité majeure. Les actifs agricoles diminuent avec la modernisation de l'agriculture. Les deux secteurs qui offrent le plus de débouchés restent l'agro-alimentaire et le BTP grâce aux lois de défiscalisation.

3 : LA REUNION ET SES DEBATS POLITIQUES :

3.1 : Les mutations économiques et sociales

Une politique de grands chantiers mène le développement de l'île.

  • Depuis les années 1960, la Réunion connaît une succession de grands chantiers: des infrastructures, communications et transports. Les paysages changent énormément et très vite.
  • Par exemple la route en corniche commencée en 1956 se termine ne 1963. Elle relie Saint Denis à la Possession sur 12,4km. Le réseau routier s'améliore de façon générale. Les routes sont bitumées; les routes départementales et communales se multiplient; la route des plaines est très utile entre Saint Pierre et Saint Benoit.
  • Le ti train n'ayant plus d'utilité est supprimé et très vite le parc automobile est en augmentation. Ce n'est que le début de la course entre l'équipement routier et le nombre de voitures....
  • L'autre chantier gigantesque est celui de l'électrification. C'est le barrage de Takamaka et son usine inaugurés en 1968 qui assureront la production d'électricité dans tout les sud et l'ouest. 

Les réalisations les plus importantes sont:

  • La centrale hydroélectrique de Langevin
  • La modernisation du port de la pointe des galets
  • l'agrandissement de la piste de Gillot et le fret aérien tout comme le nombre de passagers est en augmentation spectaculaire. C'est la première ligne directe Paris-St Denis ( 17H de vol).
  • Bellepierre devient une école normale.
  • Les premières émissions de télévision commencent en 1964 en noir et blanc; elles seront en couleur en 1978.
  • En 1976 c'est la nouvelle route littorale .
  • L'hôpital Félix Guyon ouvre à St Denis. 
  • Le principal artisan de cette évolution est Michel Debré, député et ministre .Mais cette évolution ne doit pas faire oublier les limites: la société est très inégalitaire; la mortalité infantile reste forte; les cyclones comme Jenny en 1962 sont encore meurtriers; le problème de l'habitat social n'est pas réglé; dans la commune de Primat à St Denis des dizaines de familles vivent dans des bidonvilles .Face à la démographie galopante le BUMIDON ( bureau d'immigration des départements d'outre-mer) facilite la migration vers des départements comme la Creuse mais les méthodes sont répréhensibles.

Les structures économiques se trouvent bouleversées.

  • Le secteur tertiaire devient dominant. En 1946 il emploie 8% de la population et 81% en 1982. Le secteur primaire traditionnel est en chute libre. Le secteur secondaire stagne. Par contre le taux de chômage ne fait qu'augmenter. 

     2.2 : Les clivages politiques s’accentuent

C'est une bipolarisation de la politique.

  • La question du statut est le thème d'affrontement politique de la vie réunionnaise. L'opposition entre Michel Debré et Paul Vergès va durer longtemps. Le premier représente le partisan départemental tandis que l'autre le camp de l'autonomie démocratique et populaire.
  • Un exemple de tension politique est en mars 1964 la condamnation de Paul Vergès pour avoir dénoncé la fraude électorale lors de l'élection de Michel Debré. Paul Vergès refuse de purger sa peine et vit 28 mois dans la clandestinité. Après s'être rendu il obtient un non-lieu.
  • Le problème du statut est même débattu au niveau national. Le statut de la Réunion est ancré dans le système colonial.
  • Les fraudes et les violences électorales sont monnaie courante.

Les revendications d'autonomie sont de plus en nombreuses et les partis s'organisent.

  • En décembre 1963, le manifeste de la " Table ronde des Guadeloupéens, Martiniquais et réunionnais" appelle à la "décolonisation des DOM" et revendique l'autonomie. Les communistes réunionnais combattent pour le droit à l'autodétermination et pour un nouveau statut. Le programme commun de gouvernement des partis de la gauche française reprend une partie des revendications autonomistes.
  • Face à eux les départementalistes regroupent à la fois les partisans de Michel Debré et des centristes et des socialistes. Michel Debré restant député de la Réunion jusqu'en 1988, il sera le principal soutien de Georges Pompidou .
  • Un troisième pôle n'arrive pas à percer dans cette logique bipolaire. 

           3.3 : Les années 70- 80

Les années 70 marquent la progression du parti communiste réunionnais.

  • Aux municipales de 1971 cette tendance est particulièrement visible dans les villes du Port, de la Possession notamment.
  • Ces mêmes consultations locales voient l'émergence d'une nouvelle catégorie d'hommes de droite. Un centrisme politique voit le jour avec l'élection de Valéry Giscard d'Estaing et Michel Debré perd du terrain.
  • Parallèlement la gauche liée à François Mitterrand progresse régulièrement au niveau départemental.

L'élection de François Mitterrand comme président de la République en 1981 marque une véritable rupture.

  • Le gouvernement engage la politique de décentralisation et de régionalisation.
  • En juillet 1982 le projet d'une Assemblée unique pose à nouveau la question du statut et déclenche la mobilisation à droite de toutes les personnalités contre le projet. Le projet adopté à l'Assemblée nationale le 6 novembre , déclenche une opération "île morte" pour l'arrivée d'Henri Emmanuelli le secrétaire d'Etat aux DOM-TOM et le 2 décembre le Conseil constitutionnel tranche le débat en déclarant la loi non conforme à la Constitution.
  • De là la distinction entre Conseil général et Conseil régional est entérinée en 1983.
  • Depuis la Réunion a adhéré en 1986 à la Commission de l'Océan Indien composée de Madagascar, de Maurice, des Seychelles, des Comores et de la Réunion. La coopération régionale devient un axe important de la politique régionale.
  • Depuis 1990, la Réunion conjugue sa dimension régionale et se dimension européenne surtout depuis la reconnaissance de l'ultra- périphéricité des régions insulaires éloignées de l'Europe et plus ou moins développées. Les RUP bénéficient de mesures particulières dans la mise en oeuvre des politiques communautaires.

Tags:

Cours d'histoire de terminale

LES SUDS

janvier 02
by Catherine Bertin 2. janvier 2012 18:06

Il s’agit d’une fiche résumé sur les contrastes de développement des Suds

Problématique : Faut-il parler d'un Sud ou bien des Suds aujourd'hui ?

1/ LES SUD , QUELLE UNITE ?

Une pauvreté omniprésente
Le PIB cumulé des 49 PMA équivaut à celui de l'Autriche.
Les écarts se creusent car le revenu moyen par habitant continuent à baisser dans les pays les plus pauvres.
Chômage et sous emploi sont des problèmes chroniques.
Problème de sous nutrition pour 800 millions de personnes

peu d'accès à l'éducation, aux soins , au logement et à l'eau potable.
Les inégalités sont aussi internes puisque des bidonvilles jouxtent des quartiers extrêmement riches. Une élite très riche possède l’essentiel des richesses d’un pays.

Une économie basée sur l’agriculture.
L’agriculture fournit l’essentiel des emplois mais cette agriculture n’est pas toujours rentable.
Les pays qui ont agrandit leurs surfaces cultivées, qui ont fait des aménagements hydrauliques notamment de l’irrigation, qui ont amélioré leurs semences, ont amélioré leur agriculture grâce à la Révolution verte ( pays asiatiques par exemple)
Les pays d’Afrique garde une agriculture arriérée, extensive à faibles rendements, utilisant des techniques très rudimentaires.

Parallèlement à cela les cultures commerciales destinées au marché mondial ( fruits, agrumes, café, thé, cacao canne à sucre) forment un secteur moderne mais ils entrent en concurrence avec les cultures vivrières.

Des pays endettés et donc dépendants
Dépendance commerciale: les PED sont menacés par l'instabilité des cours des produits primaires qu'ils ne maîtrisent pas + ils sont soumis aux investissements des FMN qui délocalisent + ils se heurtent aux barrières douanières des PID et à la concurrence des agricultures subventionnées des PID. è les termes de l'échange sont défavorables.

Dépendance financière: faute de capitaux nationaux pour investir, les PED empruntent sur des marchés financiers et s'endettent. Par exemple l'Afrique subsaharienne a une dette extérieure de 73% de son PNB.

Ce sont des pays en pleine transition démographique
Les sud représentent 5 milliards d’habitants et assurent la croissance démographique mondiale.
Population féconde, au fort taux de natalité et avec un taux de mortalité en forte baisse è fort accroissement naturel et jeunesse de la population.
Les problèmes de santé restent déterminants : l’épidémie du Sida en particulier.
Une population mal scolarisée et éduquée : retard pris dans la scolarisation des filles + la nécessité du travail des enfants pour faire vivre les familles.

Pourquoi ces difficultés restent-elles d’actualité ?
le poids des contraintes naturelles ( aridité, cyclones etc…) qui touche davantage des populations fragiles qui ne savent pas se protéger ( un cyclone tue à Madagascar et pas à la Réunion).
La pauvreté entretient les tensions entre ethnies qui n’ont toujours pas réussi à vivre ensemble depuis la décolonisation.
La responsabilité des gouvernements en place : dictature, guerres civiles, corruption. C'est là que les refugiés sont les plus nombreux ( 20 millions). La radicalisation religieuse dans le monde islamique provoque aussi des rébellions.

2 : LES SUDS, QUELLE DIVERSITE ?

Une diversité croissante

1) Les Etats continents

Chine qui possède le 2e PNB derrière les Etats Unis. Le marché de consommation et de main d'œuvre est considérable. Son IDH est encore modeste (94e rang) mais son espérance de vie est correcte (70 ans)+ progrès de l'alphabétisation. Un problème apparaît tout de même . Cependant cette forte croissance démographique a accentué les inégalités socio- spatiales entre le littoral et l'intérieur. Par contre se pose un problème de démocratie.

L'Union indienne a un PNB modeste mais a fait d'immenses progrès dans l'agriculture ( révolution verte) et dans l'industrie (informatique à Bangalore). Cependant beaucoup d'Indiens vivent encore sous le seuil de pauvreté.

2) Les pays émergents

Les NPI et les pays ateliers d'Asie insérés dans la mondialisation mais fortement dépendants de l'étranger.
Les pays exportateurs de pétrole bénéficient de revenus importants mais il reste un problème du développement pour les populations. Au Vénézuela, en Algérie, une fraction importante de la population connaît toujours la pauvreté et le chômage.

Le Brésil et le Mexique constituent des puissances régionales, notamment par leur poids démographique. Ces pays avaient développé leur industrie en étant protectionniste et s'ouvrent aujourd'hui aux patrons étrangers. Ils sont capables d'être dynamiques dans leur alliance avec le MERCOSUR

L'Afrique ne compte aucun NPI sauf l'île Maurice. D'autres pays émergents st proches des NPI mais ils manquent parfois d'ouverture, de stabilité ou de croissance économique (Turquie, Afrique du Sud).

3) les pays les moins avancés( PMA)

49 PMA furent recensés en 2003,surtout en Afrique noire, où la paupérisation est absolue. Mais aussi en Asie (Afghanistan, Laos, Népal) et en Amérique (Haïti). Ces pays ont un PIB /hab inférieur à 500 dollars, une part de l'industrie dans le PIB inférieure à 10%, et un taux d'alphabétisation inférieur à 20 %. Il faut ajouter la dépendance alimentaire, les ravages du SIDA et d'autres maladies, les guerres civiles, la faible insertion dans les flux éco mondiaux. Ces pays exportent des produits agricoles et importent des produits manufacturés.

4) les pays intermédiaires

Ils sont mieux que les PMA mais ne connaissent pas vraiment de décollage économique. Ce sont les PVD les plus nombreux. Leur unité tient à une intégration incomplète à la mondialisation et à des rapports de dépendance avec les pays du Nord.Ils exportent leurs produits agricoles et leurs ressources énergétiques (Ghana, Nigéria) . Les investissements étrangers sont sélectifs.

Quelles sont les voies pour sortir du sous-développement ?

Toutes les voies de développement ont placé l'industrialisation au centre de leurs objectifs.

Industrialisation par substitutions aux importations comme en Argentine. Cela valorise les ressources nationales, assure la formation d'un marché intérieur. Il s'agit de produire ce qui était auparavant importé.

Industrialisation orientée vers l'exportation : succès indéniable de ce modèle qui a anticipé en quelque sorte les impératifs de la mondialisation actuelle. Modèle des NPIA, Chili, Ile Maurice, Tunisie. Remontée de filières.

Voie autocentrée : inspiration du modèle soviétique de développement. C'est l'exemple de l'Algérie, de la Corée du nord mais qui est globalement un échec. Même la Chine s’en est sortie en s’ouvrant aux capitaux étrangers et en développant une économie socialiste de marché.

Conclusion : Jusqu’en 1980 la période fut profitable aux Suds avec le développement des bébés tigres et de tous les pays ateliers. Puis la crise et la hausse du cours du dollar ont augmenté l’endettement de ces pays et l’aide publique du FMI a eu tendance à diminuer. Leur entrée dans la mondialisation semble bien compromise.

Tags:

Cours de géographie de terminale

LE BRESIL

janvier 02
by Catherine Bertin 2. janvier 2012 18:02

Introduction

Le Brésil est désormais la 9 ème puissance économique du monde , ce qui en fait un pays émergent sur lequel il faut compter dans le cadre de la mondialisation. C’est une république fédérale de 26 états et une république présidentielle depuis 1988 dont la présidente actuelle, Dilma Rousseff ,est le meilleur symbole. Il est le symbole d’un pays démocratique qui vit avec excès parfois cette liberté politique puisque le pays compte au moins 40 partis politiques différents. Depuis 1960 la capitale est Brasilia mais la capitale économique du pays est Sao Paulo.

Problématique : En quoi ce pays émergent reste-il malgré tout un exemple de pays inégalitaire ? Comment les disparités économiques s’accompagnent –elles de disparités régionales ? Quel rôle jouent les villes dans ces inégalités ?

1 : LE BRESIL EST EN PLEIN DEVELOPPEMENT

Ce pays a des atouts naturels :

C’est un pays de plateaux qui est draîné par un vaste bassin hydrographique, celui de l’Amazone. C’est un immense pays , deux fois plus étendu que l’Union européenne. Son ouverture sur la côte atlantique est importante et justifie la concentration de la population sur cette côte ; une concentration atteignant même la surpopulation. Une ville comme Sao Paulo fait 10 millions d’habitants.

Il possède « les poumons de la terre », la plus grande réserve forestière mondiale avec la forêt amazonienne.

Les richesses du sous-sol sont énormes et variées : or, mercure, charbon, pétrole, fer. Le bassin de Santos est le bassin des réserves pétrolières et a connu une forte croissance industrielle depuis 1970. La région de Sao Paulo est la première région industrielle d’Amérique latine. Le Brésil est un pays exportateur d’avions comme d’armements. Le grand territoire a été assez bien maîtrisé par la construction de grandes infrastructures de transport : aéroports et routes y compris en Amazonie.

Ce pays est le pilier du Mercosur qui est un marché commun au même autre que l’Alena. Le Mercosur fonctionne comme une zone de libre-échange depuis 1991 et le Brésil le complète par des accords préférentiels comme avec l’Argentine depuis le 1 février 2006. Cela implique une politique protectionniste quand il s’agit des relations avec d’autres pays.

Ce pays qui est une grande puissance agricole reste un pays fragile. ¼ de la production de café du monde est exporté par le Brésil et il reste un grand pays producteur d’agrumes, de cacao et de canne à sucre. C’est aussi le 2 ème exportateur mondial de soja et de viandes. Mais depuis 1998, le Brésil souffre beaucoup au niveau économique et a dû emprunter 47 milliards au FMI. Pour obtenir ces prêts, le Brésil a du réduire son déficit public , ce qui s’est fait au détriment de l’éducation de sa population notamment.

Le Brésil n’est pas un pays pauvre mais c’est paradoxalement un pays qui a beaucoup de pauvres. Plus de 22% des 190 millions de brésiliens vivent en dessous du seuil de la pauvreté. Le contraste est donc très fort entre des brésiliens extrêmement riches et une population urbaine et rurale de prêts paysans qui vivent difficilement. Par exemple, 20% des brésiliens les plus riches représentent une richesse 32 fois supérieure à celle des 20% des plus pauvres. Les femmes ont d’autre part un salaire en moyenne de moitié inférieur à celui des hommes. L’espérance de vie d’un homme de couleur est moindre de 6 ans par rapport à celle d’un blanc. Depuis 2003, la situation sociale semble s’améliorer grâce au plan « faim zéro » du président Lula qui concerne 11 millions de familles. Ce plan intègre 4 axes principaux : l’accès à l’alimentation pour tous, le renforcement de l’agriculture familiale, la promotion d’une « bourse de famille » , les aides sociales touchant la scolarisation , la vaccination et la santé. Depuis 1994 une nouvelle monnaie , le réal fut mise en place et vise à la baisse de l’inflation.

2 : LA QUESTION AGRAIRE RESTE LA QUESTION FONDAMENTALE DES INEGALITES

Les ressources agricoles ne manquent pas mais le problème est celui de la concentration foncière excessive. 1% des propriétaires ont des lafundios, de gigantesques propriétés, et détient 46% donc presque la moitié des terres cultivées. Ils les exploitent en plus, souvent de manière extensive. Des millions de paysans sont propriétaires de minifundios, de minuscules exploitations et passent facilement au seuil des paysans « sans terre » qui louent leurs services ou leurs parcelles. La réforme agraire est la seule solution. Les diverses tentatives ont échoué et il n’y a pas eu d’expropriation des grands propriétaires. Ce sont des fronts mettant en valeur de nouvelles terres qui se sont ouverts mais ils détruisent la forêt amazonienne. Le mouvement des sans terre tente aujourd’hui d’occuper les terres sous-exploitées et de faire pression sur le président Lula.

Le sous-développement se retrouve aussi dans les inégalités régionales : le Nord du Brésil reste rural et pauvre tandis que le Sud est urbain et plus riche. En effet le Nordeste abrite la moitié des pauvres. C’est aussi la terre des sécheresses. Cela explique les flux migratoires du Nordeste ou du Minas Gerais vers le Sudeste, le Mato Grosso et le Rondonia. Le Mato Grosso Est s’est converti au soja.Le gouvernement a tenté des opérations routières de désenclavement en construisant la transamazonienne ou en créant des agences régionales de développement près des gisements. Mais les résultats ne sont pas probants puisque le Nordeste connue à se vider.

3 : LES VILLES DU BRESIL SONT LE REFLET DE LA SEGREGATION :

82% des Brésiliens vivent en ville ce qui fait du Brésil, le pays d’Amérique latine le plus urbanisé. Toutes les villes attirent les ruraux trop pauvres, les chômeurs etc…. Ce sont les grandes villes qui dominent , celles des mégalopoles comme Rio de Janeiro et Sao Paulo qui a elle seule représente 20 millions d’habitants. La mégalopole connue de s’étendre de plus de 60km² par an grâce à l’exode rural et à l’accroissement démographique interne.

Le niveau de vie est très inégalitaire selon les villes. Dans les villes du Nordeste, le niveau de vie est deux fois inférieur à celui de Rio. La ségrégation sociale est très marquée dans les villes avec des quartiers centraux très bien équipés, de maisons individuelles gardées par des vigiles et des périphéries où les habitants construisent leurs maisons, n’ont ni eau courante ni égout. Les favelas sont des bidonvilles qui se développent partout . Le long des routes, près des foyers industriels, dans les zones à risques, dans les immeubles abandonnés…. Sao Paulo est passé de 73 000 habitants de favelas en 1973 à 2 millions aujourd’hui. La ségrégation sociale se double d’une ségrégation raciale qui conduit à une vraie violence. Au plus bas de l’échelle sociale se trouvent les indiens qui sont considérés comme des mineurs assistés. L’urbanisation se fait en délaissant les périphéries dont les habitants se marginalisent. Les centre villes n’hésitent pas à afficher leur richesse. La violence est exceptionnelle puisque si on compte le nombre annuel de meurtres et d’enlèvements , on peut considérer que Sao Paulo est la ville la plus dangereuse du monde.

Conclusion

Le Brésil est un pays qui continue à évoluer car la croissance économique est forte, les villes se développent jusque dans l’intérieur du pays, et le front pionnier progresse au Mato Grosso et en Amazonie. Le Brésil a connu une nouvelle situation politique et une vraie ouverture avec l’élection et la réélection du président Lula da Silva.

Tags:

Cours de géographie de terminale

LA FACADE ATLANTIQUE DES ETATS-UNIS

décembre 28
by Catherine Bertin 28. décembre 2011 10:25

INTRODUCTION

La façade nord-atlantique s'étend officiellement du St Laurent au Golfe du Mexique . Elle est l'espace majeur de l'aire de puissance de l'Amérique du nord et cette prédominance trouve ses racines dans l'histoire des Etats-Unis et n'a pas été remise en cause par le développement de la côte Pacifique . Cette façade permet de retrouver les trois phénomènes désormais classiques de la géographie mondiale: le rôle des activités littorales, celui des frontières et pour finir celui des métropoles.

1/ LA DOMINATION DE LA FACADE ATLANTIQUE

                   1.1: Une domination historique

Toute l'histoire des Etats-Unis débute à l'Est de l'espace dans les 13 colonies anglaises. Les premiers colons fondent Boston ( 1631) , Philadelphie ( 1681) puis Washington en 1790 et c'est à Boston qu'éclatera la révolte et la guerre d'indépendance. C'est aussi là que plus tard les américains devront affronter leurs contradictions internes et se diviseront avec la guerre de Sécession.

La façade atlantique présente au départ de nombreux atouts naturels pour les colons qui arrivent: les caractères physiques et climatiques sont favorables. Les excès climatiques existent comme les coups de chaud et les vagues de froid mais ils sont rares.

La façade est pleine de profonds estuaires pouvant recevoir les navires et offrant des ouvertures vers l'extérieur. Ce sont eux aussi qui permettent la conquête du territoire puisque les américains vont remonter les fleuves aux 17è et 18ème siècles. Depuis les fleuves ont été reliés par des canaux ce qui amplifie leur intérêt de voie de communication.

La partie sud de la façade est la moins naturellement favorable et a été plus tardivement occupée: les côtes sont basses , sableuses ou marécageuses; les hurricanes y font de graves dégâts.

Historiquement le premier développement est né de la pêche ( conserveries) et de l'industrialisation de la Fall Line, cette ligne de faille qui borde les Appalaches. Même la puissance de l'eau permet d'y développer l'hydroélectricité. Les Appalaches ont des réserves de houille. Les grand Lacs ont des réserves de fer.

Avec une telle activité industrielle en plein développement on comprend vite que le problème fut rapidement la main-d'oeuvre. Dès le début de son histoire, la façade atlantique fut donc la porte d'entrée des immigrants. Entre 1850 et 1920 ce sont 35 millions d'Européens qui sont arrivés par vagues successives. Même si aujourd'hui l'immigration ne vient plus d'Europe, la façade continue à remplir ce rôle.

     1.2/Une domination qui résiste aux crises économiques:

En 1970 la façade atlantique connaît la crise économique comme le reste du pays. C'est une crise des industries traditionnelles et des villes. La région devient un " rust belt' avec une diminution des emplois industriels, des centre-villes qui meurent. La crise touche le nord de la façade comme le sud même si les raisons sont différentes au sud: l'économie du sud est basée sur le coton qui est en crise.

La tendance s'est inversée depuis les années 90: les activités portuaires de fond d'estuaires se sont déplacées sur le littoral. Les activités tertiaires et les nouvelles technologies se sont développées dans les technopoles.

De vrais efforts de réhabilitation des friches industrielles ont permis de rendre l'aspect plus attractif aux villes. parfois on en a fait des musées et parfois des centres commerciaux comme à Baltimore ou à Philadelphie.

La façade atlantique résiste bien à la concurrence de la façade pacifique. Elle reste la plus productive et au premier rang de la capacité financière et culturelle. Elle concentre toujours les principaux sièges sociaux et les investissements étrangers.

La seule vraie ville mondiale ou globale se trouve sur la façade atlantique: c'est New York. Ce n'est pas une question de taille mais c'est la seule ville complètement intégrée à l'économie mondiale. Ajoutons quand même la capitale fédérale , siège du Pentagone , du FMI et de la Banque mondiale: Washington.

2/ UN MODELE DE LA SUPERPUISSANCE AMERICAINE:

          2.1:Un fonctionnement d'interface:

Les activités de la façade atlantique se déplacent vers les littoraux afin de limiter les coûts. Cela n'empêche pas la façade d'être reliée à l'intérieur, à l'arrière-pays et de compléter son trafic maritime par du cabotage.

Il faut que le commerce en Amérique soit le moins onéreux possible. En déplaçant les activités sur le littoral , elles se rapprochent des sources d'approvisionnement et coûtent moins cher. Notamment le fer arrive du Brésil pour être utilisé dans la sidérurgie sur l'eau près de Baltimore. New York utilise aussi le pétrole vénézuélien pour ses industries pétrochimiques.

La façade reste reliée à l'arrière-pays par ses voies navigables. Le Mississipi est l'un des fleuves aménagé et le canal de l'Illinois le relie aux grands lacs. Les grands lacs de leur côté sont reliés à la façade atlantique par la voie du Saint Laurent. Le pont continental relie les deux océans au niveau de l'isthme de Panama qui reste une liaison stratégique. Des camions placés sur des trains à double étage traversent plus rapidement les Etats-Unis pour une liaison Europe-Asie; Le canal de Panama garde cependant son importance stratégique.

En dehors des trafics transatlantiques , le cabotage représente 55% du trafic de New York et 75% de celui de la Nouvelle-Orléans. Ce cabotage est une navigation le long des côtes sur de courtes distances. De plus, la côte est doublée par des canaux qui permettent de naviguer à l'abri de la mer en reliant des morceaux de lagune.

Les flux de population du nord au sud contribuent à l'unité de façade.

        2.2:La façade est contenue dans ses villes:

C'est sur la façade atlantique et plus particulièrement dans la Mégalopolis que sont apparus à l'aube du 20ème siècle les premiers gratte-ciels et les premiers parcs urbains dans des villes comme New York et Chicago. Ils sont le symbole de l'Amérique conquérante. Après la crise des centres-villes a commencé ici la gentrification , c'est à dire le retour des classes aisées dans ses centres-villes réhabilités et rénovés.

Les banlieues par contre sont plutôt laides: lotissements monotones aux maisons préfabriquées.

A la périphérie des villes s'opèrent une changement: les edge cities sont des noyaux urbains périphériques dont la fonction essentielle est le secteur tertiaire. C'est ainsi que les bureaux sont dispersés un peu partout.

       2.3: Les régions transfrontalières sont déterminantes

Les frontières ne sont plus des no man's land peu peuplés. Ce sont des lieux de croissance démographique et des lieux globalement où la croissance démographique y est plus forte qu'ailleurs. Cela contribue à renforcer le phénomène des villes jumelles . Cela s'accompagne aussi de colonias c'est à dire des communautés sans municipalités installées dans des lieux isolés, vivant dans la pauvreté et dans de véritables bidonvilles. 400 000 personnes y vivant du côté texan.

Les flux économiques se multiplient entre les Etats-Unis et les pays limitrophes. Canada et Mexique réalisent 70% de leur commerce avec les Etats-Unis. Ces flux sont encouragés comme les maquiladoras car la région semble mieux se porter avec les maquiladoras. Ce sont des zones franches. Par contre les migrations humaines sont contrôlées. Ainsi la clandestinité existe toujours et la carte de séjour est de plus en plus difficile pour les mexicains.

3/ LES DYNAMIQUES SPATIALES DE LA FACADE

       3.1: Le Nord-Est est toujours prospère

Le Nord-est reste le coeur de l'Amérique car il tire son prestige des grandes villes . Il est toujours aussi puissant au niveau industriel ,technologique. Les principaux centres de décision s'y trouvent. La reconversion de cette région est accomplie.

Le nord-est est l'interface majeure des Etats-Unis par ses ports et par le Saint Laurent qui est accessible aux navires de haute mer. C'est la porte de la région transfrontalière des grands lacs.

Le Nord-Est n'est pas parfait: les quartiers anciens sont dégradés; les finances des principales villes sont mal équilibrées; certaines industries sont toujours en danger; les voies de communications et les transports sont saturés; les eaux sont polluées et le smog sévit, ce brouillard de pollution urbaine.

Au Nord de Boston, on retrouve une Amérique plus classique de la Nouvelle-Angleterre avec un côté rural , des petits ports de plaisance , du tourisme. Par contre la frontière entre la nouvelle-Angleterre et les Provinces atlantiques est peu active avec quelques flux ponctuels. Du côté de Montréal et du Québec c'est plus dynamique car c'est le contact avec le Main Street qui est le coeur économique du Canada.

       3.2: Les Suds de la façade:

Entre Norfolk et la Floride la population est moins dense. L'activité est surtout militaires avec des bases navales et touristique. L'axe majeur, la Métrolina s'éloigne de la côte. L'image historique de ce Sud est la culture du coton et la ségrégation raciale jusqu'en 1965. La tradition reste l'élevage avicole et l'industrie automobile. Comme la main d'oeuvre est traditionnellement non syndiquée , la zone est attractive pour les investisseurs et Atlanta est l'exemple de ce renouveau.

La Floride est l'interface majeure avec les Caraïbes et l'Amérique latine et Miami est le second centre financier des USA. Les plages, les parcs d'attraction, les croisières attirent toujours les retraités riches.

Le Golfe du Mexique se caractérise par ses industries pétrolières. Le Texas est particulièrement dynamique avec ses hautes technologies et sa population progresse continuellement. L'axe principal est San Antonio- Austin- Dallas.Le littoral mexicain est attractif pour les délocalisations, le tourisme et même l'exploitation du pétrole off-shore.

Conclusion

Etudier la façade atlantique des Etats-Unis revient à travailler sur l’un des principaux lieux de la mondialisation et sur l’une des principales interfaces.

Tags:

Cours de géographie de terminale

LES PLANNINGS DE REVISIONS

décembre 26
by Catherine Bertin 26. décembre 2011 08:30

Noël est passé…. la nouvelle année se rapproche et vous avez encore quelques jours pour vous reposer, au moins en ce qui concerne l’histoire-géographie. Je vous souhaite d’ores et déjà une excellente nouvelle année 2012 avec des très bonnes notes au baccalauréat pour chacun d’entre vous!!
Comme la bonne note d’Histoire-Géo ne viendra malheureusement pas toute seule et qu’un bac blanc est prévu pour la fin février, il faut profiter de cette longue période de vacances pour apprendre les cours mal sus et pour réviser déjà la première partie du programme.

PLANNING DES 1S

2 janvier : Croissance et mondialisation

3 janvier : Croissance et mondialisation

4 janvier : La crise de 29 et la croissance des trente glorieuses

5 janvier : Mutations des sociétés depuis 1850

6 janvier : Mutations des sociétés depuis 1850

7 janvier : Mutations du monde ouvrier + L’immigration maghrébine

9 janvier : Territoires de proximité

10 janvier : Territoires de proximité

11 janvier : La nouvelle route du littoral

12 janvier : La première guerre mondiale

13 janvier : La seconde guerre mondiale

14 janvier : Les relations internationales de 45 à 90

16 janvier : Les tranchées+ les camps de concentration

17 janvier : La SDN et l’ONU

18 janvier : L’espace français

19 janvier : L’espace français

20 janvier : croquis de géographie

21 janvier : carte sur l’aménagement de la France + Potentialités et contraintes du territoire (P.103)

En italique vous avez reconnu vos sujets d’étude

Planning des TL

2 janvier : Le bilan de 1945

3 janvier : L’ONU + Première partie du cours sur la Réunion

4 janvier : La Réunion

5 janvier : les mémoires de la seconde guerre mondiale

6 janvier : La mondialisation- les lieux- + les croquis sur la mondialisation

7 janvier : La mondialisation- les acteurs- + croquis sur les Etats-Unis

9 janvier : Les Suds.

10 janvier : Le Brésil

11 janvier : cartes sur la mondialisation : les territoires de la mondialisation
les migrations humaines, reflet de la fracture N/S

12 janvier : La guerre froide

13 janvier : La détente et l’effondrement du communisme

14 janvier : les autres logiques de l’espace mondial : les N/ les Suds

16 janvier : les autres logiques de l’espace mondial : les autres acteurs

17 janvier : La superpuissance des Etats-Unis avec une carte sur l’organisation du territoire

18 janvier : La superpuissance des Etats-Unis

19 janvier : La façade atlantique des Etats-Unis

20 janvier : Carte sur la façade

21 janvier : Carte sur le Brésil

Bon courage à tous!!

Tags:

Infos

AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS

décembre 18
by Catherine Bertin 18. décembre 2011 14:18

Dans ce premier chapitre consacré au deuxième thème de géographie du nouveau programme de première, nous allons essayer de comprendre comment les milieux évoluent entre nature et sociétés.

1: Les atouts du territoire français

         1.1: Un hexagone européen

Quand on parle de l’hexagone français on désigne la France métropolitaine avec sa forme massive qui lui donne une superficie totale de 551 OOOkm². C’est une forme équilibrée puisqu’il y a pratiquement 1000km du Nord au sud et 950km de l’Est à l’Ouest.

La France est aussi considérée comme le finistère de l’Europe: elle se trouve à l’occident de l’Europe géographique. Elle est aussi l’isthme de l’Europe puisqu’elle est un noeud de communications et d’échanges entre les pays de la CEE, les pays frontaliers (la Belgique, le Luxembourg, l’Italie, l’Espagne), le Royaume-Uni  grâce au tunnel sous la Manche et les Etats-Unis par l’Océan Atlantique.

C’est un pays de taille moyenne , 48ème rang mondial mais le deuxième plus vaste d’Europe après l’Ukraine. C’est un pays bien ouvert avec ses 3 façades maritimes: mer du Nord et Manche, Atlantique et Mer Méditerranée. L’ouverture méditerranéenne lui a apporté la culture gréco-latine; l’ouverture océanique lui a ouvert les portes de l’Amérique, du Canada et des Antilles, l’ouverture de la Manche et de la Mer du Nord lui ont ouvert la première route maritime du globe. Donc la France est dans une position géostratégique et est un carrefour de multiples influences culturelles et s’insère dans l’Europe mais aussi dans le Monde.

              1.2: Entre l’Europe des plaines et l’Europe des montagnes

La France métropolitaine dispose de reliefs variés dont l’organisation tient en grande partie à la tectonique.

carterelief

Au sud et à l’Est se sont des montagnes de formation récente donc hautes  comme les Alpes, la Corse et les Pyrénées et plus moyennes comme le Jura. Elles sont nées de la rencontre entre la plaque africaine et la plaque eurasiatique. D’ailleurs elles ont relevé les massifs anciens comme le Massif Central et les Vosges.  Des volcans ont surgi dans le Massif Central. Ces montagnes encadrent des fossés d’effondrement comme le couloir du Rhône ou la Plaine d’Alsace.

Mais la plus grande partie de la France est composée de plaines, de collines et de bas-plateaux comme le Massif Armoricain . L’essentiel est même des bassins sédimentaires comme le Bassin Parisien et le Bassin Aquitain au sol très riche.

Les montagnes constituent de véritables châteaux d’eau, d’où diverge le réseau hydrographique . Par ailleurs, le Massif Central apparaît comme le seul obstacle que les échanges contournent  car toutes les reliefs sont franchissables par des seuils qui permettent de passer d’un bassin à l’autre ( ex: le seuil du Poitou).

2: Des milieux naturels en danger?

                 2.1: Des paysages de plus en plus humanisés:

La diversité des climats et des reliefs est à l’origine d’une grande variété des sols et de végétation. Cela nous donne nos paysages qui pour chacun ont leurs milieux naturels.
Ex: un paysage méditerranéen se caractérise par des sols rouges, très fragiles et une végétation qui a besoin de moins d’eau.

L’homme a donc transformé la nature par ses activités qui ont plus sieurs millénaires. Les milieux naturels , au sens strict, n’existent plus en France. Ce sont des milieux où le degré d’anthropisation (transformation des milieux par les sociétés) varie.
 
Ex: les plus hauts sommets des Alpes
       la forêt guyanaise
       la forêt landaise est même le résultat d’une création entièrement humaine, de forêt de pins plantée au 19ème siècle.

Cette anthropisation a modifié la physionomie des paysages.
Ex: les pentes des versants méditerranéens sont cultivées grâce à des cultures en terrasses.
      Des terres ont été gagnées sur la mer avec la poldérisation du Nord de la France ou des marais ont été asséchés comme en Vendée.

Les paysages agraires ont été façonné en bocage ou openfield. Le remembrement du bocage avec le développement de la mécanisation a fait disparaître les haies . C’est la désenbocagisation.

La France dispose aussi d’une grande diversité de littoraux. Des côtes rocheuses ou à falaises qui prolongent les montagnes ou les plateaux qui sont au contact de la mer. Il y a aussi les côtes sableuses basses, où des marais maritimes prolongent les plaines.
ex: La Camargue.

La ville a pendant longtemps été perçue comme l’opposition même de la nature mais aujourd’hui la nature revient dans les villes par le biais des espaces verts, des parcs et jardins.
Ex: les parcs forestiers dans les villes mais aussi l’aménagement des berges des fleuves pour des promenades.

                          2.2: Ressources et contraintes de l’environnement

La France dispose de nombreuses ressources mais qui ont été largement exploitées.
La variété des sols
a été largement mise en valeur par l’agriculture française très diversifiée . Et même les sols pauvres peuvent être utilisés en les fertilisant. Ex: En Champagne, les sols crayeux portent un vignoble particulièrement célèbre.
La France a d’importantes ressources en eau qui servent à l’agriculture, aux industries, à produire de l’énergie et à la consommation domestique.
La neige est devenue un “or blanc” pour le tourisme et les sports d’hiver.
Les forêts couvrent 1/4 de la superficie du territoire métropolitain et elles servent pour le chauffage, la fabrication de papier et les meubles. Elles sont bien protégées et représentent des ressources en gibier et en ressources floristiques comme les champignons et les baies.
Les littoraux fournissent des ressources importantes pour la pêche, l’aquaculture, l’industrie et le tourisme.
Le sous-sol par contre n’est pas très riche.
Les minerais des massifs anciens, le fer à l’est du bassin Parisien, le charbon du Nord et de la Lorraine ont permis l’urbanisation et l’industrialisation du 19ème siècle. Même s’il y a les gisements de pétrole et de gaz de Lacq dans le sud-ouest, ils sont très faibles et en voie d’extinction.

Les risques naturels existent sur ce territoire pourtant accueillant. Le volcanisme est actif dans les 3 DOM ( Réunion- la Montagne Pelée en Martinique et la Soufrière en Guadeloupe) . Il s’accompagne de risques sismiques  qui sont beaucoup plus limités en métropole.
Le milieu montagnard est assez fragile: avalanches, glissements de terrain, crues torrentielles.
Le climat est tempéré mais les aléas climatiques sont toujours là: tempêtes fréquentes le long des côtes de la Manche et de l’Atlantique, inondations dans les vallées fluviales, étés de sècheresse comme en 1976 ou canicule de 2003. En automne, les crues sont torrentielles dans le midi de la France et l’été, la sècheresse engendre de gros incendies de forêts. Les DOM connaissent le phénomène des cyclones.
L’anthropisation augmente les risques naturels. Par exemple l’urbanisation a imperméabilisé les sols et augmente le ruissellement des eaux  ce qui provoque des inondations. L’agriculture et l’industrie sont à l’origine de pollutions multiples . Les villes en s’étendant ont banalisé les paysages.

         2.3: La gestion et la protection de l’environnement

La France a pendant longtemps juste pris des mesures de protection contre les risques : des digues, des barrages, des pare-avalanches  sont des infrastructures techniques de sécurité. 
A cela s’ajoutent les systèmes de prévision qui permettent de déclencher les alertes  et mettre à l’abri les populations comme avec les cyclones. Les services de Météo France sont très importants dans ce domaine.

Depuis 1995, la loi sur les PPR ( plans de prévention des risques) ajoute la prévention à la protection. Ils sont de la responsabilité de l’Etat. L’Etat assure une cartographie des risques, impose des zones où la construction est limitée voire interdite et informe les populations.

La protection de l’environnement a commencé dès le 19ème siècle avec les premières lois sur la restauration des terrains de montagne. En 1963 a été créé le premier parc national et aujourd’hui on a 44 parcs régionaux, 156 réserves naturelles et 70 000ha de terrains du Conservatoire du Littoral. En 1985 la loi Montagne a concilié les intérêts économiques des stations de ski et la protection de la montagne et la Loi Littoral en 1986 a concilié celle des stations balnéaires et la nature du bord de mer sans urbanisation à outrance. La loi sur l’eau de 1992 a instauré des schémas d’aménagement des bassins, de gestion de la ressource d’eau.

Les politiques de protection s’inscrivent dans un cadre européen: Natura 2000 met en place un réseau de sites à protéger désignés par les états membres en application des directives européennes dites “oiseaux” et “habitats de 1979 et 1992.

Une charte de l’environnement a été votée, a donc une valeur constitutionnelle depuis 2005. Elle est guidée par le principe de développement durable  c’est à dire un développement économique, social et culturel qui tienne compte de la préservation du patrimoine naturel.

Tags:

Cours de Géographie de première

LA SUPERPUISSANCE DES ETATS-UNIS

novembre 26
by Catherine Bertin 26. novembre 2011 10:32

Introduction

Avec 9, 3 millions de km² les Etats-Unis ont la quatrième superficie du monde, ce qui égale le continent européen, représente 17 fois la France,et certains états comme le Texas sont à eux seuls plus grands que la France. Il y a 7,8 millions de km² d'un seul tenant , le Main land,et 1,5 million de km² pour l'Alaska. Les USA ont relevé le défi de la maîtrise d'un tel espace, grâce à un immense réseau de circulation, à la mise en valeur de tout le potentiel agricole, minier et énergétique. La puissance américaine qui se voit à travers son rang de première puissance économique mondiale, repose en grande partie sur la maîtrise de cet espace qui même s'il a des contraintes, offre une nature plutôt généreuse. Les USA sont au premier rang de nombreux secteurs agricoles et industriels et semblent être les champions incontestés de la production des biens et des services. Cependant la première puissance économique mondiale voit de plus en plus son hégémonie contestée par le Japon, l'Union Européenne et même les NPI et son commandement politique et militaire sur le monde est de plus en plus contesté. La place des USA dans le système monde a obligatoirement évolué et les américains ont du faire évoluer leur système économique pour s'y adapter. Donc,  comment les américains ont-ils maîtrisé leur territoire? Quels sont les domaines marquants de leur superpuissance ? Quelles sont les limites de cette superpuissance?

1 : UN IMMENSE TERRITOIRE BIEN MAITRISE

1.1 Une nature généreuse mais surexploitée :

cadrenaturel

Du Nord au Sud, les USA s'étendent sur 25OO kms, ce qui met la frontière canadienne à la même latitude que Paris et la frontière mexicaine à la même latitude que le Sahara central. D'Est en Ouest par contre, nous avons 45OO kms ce qui représentent 4 fuseaux horaires différents.

==> cet espace étalé en latitude offre une grande variété géologique, climatique et forestière. La panoplie agricole sera très diversifiée.

  • L'espace américain est massif mais ouvert quand même sur deux océans qui concentrent les échanges mondiaux. Cela représente 2O OOO kms de côtes.

==> les espaces maritimes sont bien exploitables avec les échancrures du littoral nord-ouest et nord-est qui offrent des sites propices à l'implantation des ports

exemples : New York, Philadelphie, Baltimore, Seattle, San Francisco.

Les activités de pêche sont très riches aussi.

La conquête du territoire s’est faite de l’Est vers l’ouest et a repoussé ainsi la «  frontière ». Les colons se sont partagés les terres selon le principe du township c'est-à-dire un mode d’arpentage basé sur un carré de 6 miles donc de 10kms de côté. Cela donne un damier régulier que l’on voit encore dans le paysage. Cela a donné aux américains une mentalité de pionniers qui a façonné leur société. Photo des champs de céréales dans l’Arizona.

Les grands ensembles du relief n'offrent aucune barrière à l'installation des hommes.

Les paysages ont une direction méridienne c'est à dire qu'ils ont deux versants montagneux : l'un au voisinage de l'Atlantique et l'autre de Pacifique. Au centre, on a la gouttière du Pacifique.

1) à l'Est, étirées sur 2000kms, la montagne ancienne et érodée des Appalaches ne dépasse pas 2000m et présentent plutôt un ensemble de plateaux de direction Nord-Sud. Les Appalaches forment un vaste potentiel énergétique avec d'énormes gisements charbonniers qui ont développé dès le 19ème siècle le « manufacturing belt » dans la région des grands lacs. L'Hydroélectricité est tout aussi importante avec les multiples barrages , les centrales de la vallée du Tennessee.

2) au centre, les Grandes Plaines correspondent à un grand bassin sédimentaire , draîné par le Mississipi, la plus longue voie fluviale du monde qui se jette dans le golfe du Mexique. Les grandes plaines sont d'excellentes terres de culture, véritable grenier des Etats-Unis. En plus le bassin est riche en minerais de fer et en deux grands gisements d'hydrocarbures.

3) à l'ouest, un haut relief large de 2000kms est constitué de la Sierra Nevada et des Rocheuses qui dépassent les 4000m. Les plateaux centraux sont sciés par des fleuves en gorges vertigineuses comme le canyon du Colorado. Ce haut relief encadre plus à l'Est la grande vallée californienne aux riches activités agricoles et touristiques. L'ouest américain est riche en minerais rares et précieux comme l'argent, l'or et l'uranium. Il faut ajouter les hydrocarbures de la Californie et de l'Alaska et l'hydroélectricité des bassins du Colorado et de la Columbia.

è les Etats-Unis disposent d’exceptionnelles réserves naturelles puisque en dehors des ressources des sols et de la forêt, de celles des fleuves et des lacs, le sous-sol disposent du quart des réserves mondiales de charbon, d’importants gisements d’uranium et ils sont le 3ème producteur mondial d’hydrocarbures.

Les USA sont situés dans la zone tempérée, aux latitudes moyennes. Mais le climat des USA est bien souvent excessif avec des vagues de froid et des vagues de chaleur qui font souvent des victimes. C'est lié à la disposition du relief qui limite les influences océaniques car les montagnes de l'ouest forment une barrière aux vents humides du Pacifique, alors que les masses d'air polaire ou les masses d'air tropical s'engouffrent dans la grande plaine centrale . Les cyclones tropicaux viennent ravager les côtes du golfe du Mexique et de la Floride.

==> comme le relief, le climat se dispose en zones méridiennes.

  • Les grandes plaines ont un climat continental marqué par la rigueur hivernale avec plus de gel au nord qu'au sud où l'on peut même cultiver le coton.
  • Sur la façade atlantique, on passe au nord d'un climat océanique plus froid que la normale en raison du courant froid du Labrador, à un climat subtropical au sud au passage des eaux chaudes du Gulf Stream permettant la culture de la canne à sucre et du riz.
  • Sur la façade pacifique, on passe d'un climat océanique au nord à un climat méditerranéen au sud. Les pluies sont plus abondantes.
  • Il existe d'autre part une opposition fondamentale entre une certaine aridité à l'ouest limitant l'activité agricole au « ranching » et une humidité suffisante à une activité agricole intense à l'est . La limite correspond tout simplement au 100ème méridien.

C'est un territoire à risques

  • Les risques naturels sont réels aux USA et sont le résultat de cette nature excessive et de la surexploitation de certains espaces.
  • Il y a des risques de séismes et du volcanisme à l'ouest , en Californie avec la faille de San Andreas et la chaîne des cascades.
  • Les climats sont parfois excessifs avec notamment des chutes de neige abondantes qui paralysent les grandes villes de l'est, des coups de froid inattendus et même du blizzard, ce vent violent du Canada dans les grandes plaines. Les hurricanes c'est à dire les cyclones tropicaux ne sont pas négligeables sur le Golfe du Mexique et la Floride.
  • Globalement les sols souffrent de l'érosion éolienne et de l'érosion torrentielle.

C’est un territoire surexploité

· L’abondance des ressources a souvent justifié le gaspillage : l’agriculture intensive a érodé les sols et la consommation d’eau est 2 fois plus forte que celle d’un français, ce qui appauvrit les richesses et ne satisfait même pas les besoins.

· Le patrimoine est désormais protégé et les premiers parcs naturels furent créés dès le 19ème siècle et sont devenus des espaces touristiques majeurs . Ex : Yellowstone ; le canyon du Colorado qui reçoit 4 millions de visiteurs par an.

· Les politiques gouvernementales encouragent aux énergies propres , aux biocarburants mais les écologistes américains ne sont pas satisfaits car ils notent que le développement du biocarburants alimente un nouveau secteur économique et que l’agribusiness garde toute sa place . L’agriculture produisant pour l’énergie réduit les productions pour l’alimentation et font grimper les prix.

carteespacemaitrise

Des communications planétaires

  • Les transports sont indissociables du développement économique des USA car la taille du territoire, la dispersion de la population, des ressources, des activités ont nécessité la mise en place d'un réseau de transports performant employant 3 millions d'actifs. L'économie des USA s'appuie sur le premier réseau routier, autoroutier, ferroviaire, aérien et téléphonique du monde. Malgré tout la densité des voies de communication est inégale car à l'ouest du 100ème méridien le réseau devient plus lâche.
  • En dehors des transports traditionnels, le trafic par tubes assure un trafic de marchandises deux fois plus important que les voies d'eau intérieures. Les pipe-lines représentent 3OO OOOkms et les gazoducs font 55O OOOkms . On a même construit dans l'ouest des carboducs, qui sont des conduites où circule une boue de charbon qui arrivée est séchée et brûlée dans les centrales thermiques.
  • Les Etats-Unis grâce à leurs hubs ou plateformes multimodales servent de pont continental entre les deux rives du pays mais aussi entre les Etats-Unis et l’Europe et les Etats-Unis et l’Asie.
  • A cela s'ajoutent des flux d'informations intenses et rapides avec le téléphone, la télévision câblée, internet,les micro-ordinateurs personnels, la télé-conférence etc….

     1.2 Une société américaine mobile

population

· 300 millions d’habitants ce qui est le 3ème rang mondial..

· Plus d’un américain sur deux vit à l’est du Mississipi en vertu des conditions naturelles et de l’histoire.

· La façade pacifique est l’exception avec la Californie qui est l’état le plus peuplé des Etats-Unis ( 37 millions).

· Les américains sont très mobiles car ils déménagent en moyenne tous les 6 ans et les flux migratoires internes comme externes profitent aux états du sud et de l’ouest.

caricaturediversiteethnique

· Le peuplement américain repose sur l’immigration qui assure encore aujourd’hui 1/3 de la croissance des états-unis.

· Les WASP descendants des colons sont toujours majoritaires mais le poids des minorités se renforcent. Elles représentent 34% de la population et vivent en particulier dans les villes. Elles constituent une grande partie des pauvres.

· La minorité dominante est celle des hispaniques qui sont très nombreux dans les états du sud. Les afro-américains ont migré du sud-est au nord-est et forment 70% de la population de Washington. Les asiatiques vivent sur la côte sud-ouest et dans les grandes villes du Nord-Est.

histoire

· Les Etats-Unis continuent à accueillir la moitié de l’immigration mondiale qui constitue un apport de main d’œuvre qualifiée mais également une population jeune. Cela rend la société multiculturelle et ces immigrés gardant des liens avec leurs pays d’origine, facilitent les relations commerciales des Etats-Unis.

· Le solde naturel plus le solde migratoire font que la croissance démographique américaine reste plus forte que celle des autres pays industrialisés. La fécondité des minorités contrebalance la baisse de la natalité. L’augmentation de l’espérance de vie provoque quand même un vieillissement de la population et a des conséquences sur le financement des retraites.

· La population américaine est dynamique marquée par une féminisation et une tertiarisation croissantes. Le taux de chômage est limité ( 4,5%) mais tout le monde n’est pas déclaré.

· Les inégalités sociales sont fortes : 39 millions d’américains vivent sous le seuil de la pauvreté et les minorités sont plus touchées surtout dans les états du sud qui constituent la Poverty belt. Les mutations de l’emploi avec le déclin des régions industrielles , la faiblesse de la protection sociale expliquent ces inégalités. Le melting-pot est abandonné au profit du communautarisme et la ségrégation socio-spatiale dans les villes est poussée à l’extrême avec le phénomène des ghettos et des « gated communities » ou vient 54 millions d’américains. Ce sont des communautés résidentielles fermées dans une logique sécuritaire et qui sont de grand standing.

1.3 Une puissance qui se reflète dans l’organisation du territoire

carteindustrieshightech

· Les régions maritimes et transfrontalières sont essentielles pour l’économie américaine dans le cadre de la mondialisation. Les interfaces maritimes et terrestres sont la Puget Sound, la Mexamerique, le Main Street america et elles polarisent les hommes, les flux et les capitaux.

· Les villes américaines accueillent 4 américains sur 5 et sont des lieux majeurs de la mondialisation. Ce sont des mégapoles comme Los Angeles, New York ayant un rayonnement mondial. Elles sont au cœur des réseaux majeurs de la mondialisation.

· Les villes ont une organisation radioconcentrique : le CBD, lieu des affaires, des gratte-ciel est le lieu du pouvoir. Autour de lui, les quartiers industriels et résidentiels sont abandonnés aux catégories défavorisées et sont dégradés. Ce sont des ghettos. Les classes moyennes sont parties dans d’immenses banlieues, les suburbs. Cette suburbanisation oblige le déplacement des activités dans de nouveaux centres périphériques : les edge cities. Les populations les plus riches retournent vers les centres-villes ou s’enferment dans les « gated communities ».

On peut faire un croquis simplifié du découpage régional

· Le nord-est reste le cœur des Etats-Unis . C’est le manufacturing belt avec les fortes densités, les réseaux de transport, la proximité des matières premièes et l’ouverture sur les Grands Lacs, sur la façade atlantique. Il y a deux pôles importants dans le Nord-est : la Mégalopolis de Boston à Washington qui rayonne mondialement avec ses métropoles, ses grandes universités comme Yale ou Harvard et est un espace de haute technologie ( MIT)/ Les Grands Lacs devenus une rust belt se sont reconvertis dans la haute technologie mais la situation sociale est fragile.

· Le croissant périphérique est l’espace dynamique des Etats-unis mais est hétérogène : les noyaux de richesse sont isolés comme la Californie, le Texas, la Floride, et sont séparés par des zones moins bien intégrées. Ce croissant a une forte croissance démographique, une agriculture capitaliste, une industrie de haute technologie, le tourisme, des conditions climatiques exceptionnelles ( la sun belt), des ressources en hydrocarbures et des qualités géostratégiques avec l’ouverture sur le Pacifique et la région transfrontalière. Mais la sun belt est aussi par endroit la poverty belt…..

· L’intérieur du territoire est faiblement peuplé et est trop éloigné des centres de décision et de production. Les conditions naturelles sont plus difficiles. Par contre les Rocheuses ont d’abondantes ressources en fer et charbon et offre «  l’or blanc » donc un tourisme montagnard au pays. Les Grandes Plaines forment le grenier céréalier du pays.

· L’Alaska offre des réserves pétrolières supplémentaires aux Etats-Unis . Hawaï apporte les cultures tropicales et le tourisme.

2 : UNE HYPERPUISSANCE PLANETAIRE

1.1 Les Etats-Unis sont la première puissance économique mondiale

graphiqueagriculture

L'agriculture américaine est une agriculture productive. C'est de l'agribusiness.Tous les moyens sont bons pour augmenter les rendements : la mécanisation, l'utilisation massive d'engrais et de pesticides, la sélection des plantes et la préférence donnée aux plantes hybrides et transgéniques, l'élevage des feed-lots, la vulgarisation rapide des découvertes agronomiques par les services fédéraux et des méthodes de gestion modernes même dans les entreprises familiales.

  • C'est une agriculture intensive rendue possible par l'irrigation massive de l'Ouest et du Sud-ouest puisque 20 millions d'hectares sont irrigués de manière sophistiquée avec des arroseurs géants, une irrigation fertilisante et une irrigation automatique réglée par un ordinateur central. Les investissements coûteux qui ont du être faits sont rentables finalement mais cela a conduit à une concentration des entreprises agricoles car les petites exploitations trop endettées ont disparu.
  • La typologie des exploitations est la suivante :

- les petites exploitations marginales peu rentables.

· - les exploitations moyennes , celles des « farmers » qui produisent encore 40% de la production totale. Les exploitations nombreuses sont réduites mais se maintiennent grâce aux farm bills c'est-à-dire aux mesures politiques d’aides financières du gouvernement pour garantir la compétitivité des produits agricoles.

- les grandes exploitations capitalistes qui appartiennent à des firmes industrielles ou agro-alimentaires.

==> cette agriculture n'emploie plus que 2,7 % des actifs.

  • L'agriculture américaine est aussi une agriculture intégrée. Elle n'est qu'un maillon d'une vaste chaîne agroalimentaire appelée « agri-business ». En amont, on y trouve le machinisme, les produits chimiques et l'énergie et en aval, on y trouve le conditionnement, le transport et la distribution des produits. Cet agri-business est dominé par les multinationales comme Philipp Moris, Conagra, Pepsico et Mac Donald's. Ces multinationales constituent un lobby c'est-à-dire un groupe de pression politique qui entraine une dépendance culturelle voire alimentaire des clients.

Une agriculture qui se diversifie:

  • La modernisation de l'agriculture conduit à une nouvelle géographie de l'agriculture car autrefois on distinguait de grandes régions spécialisées dans une monoculture que l'on appelait les « belts ». Les belts se sont diversifiés et les ¾ de la viande de bovin et de mouton viennent des « feed-lots » ces véritables usines à viandes de plusieurs milliers de bêtes.
  •  photofeed-lots
  • Dans le Nord-est l'agriculture est transformée par la poussée urbaine et les agriculteurs font à la fois de l'élevage laitier et de l'élevage avicole, du maraîchage et de l'horticulture. Dans les plaines centrales, le climat oblige à se limiter au blé, au maïs dans le « corn belt » qui devient de plus en plus le « corn-soy-belt » car on y ajoute le soja.
  • L'ouest montagneux est un domaine pastoral avec des surfaces irriguées dans les vallées qui sont de véritables oasis.
  • Au sud-ouest, près du Pacifique, le coton est cultivé de plus en plus loin grâce aussi à l'irrigation .

La Floride récolte plus du tiers de la production mondiale d'agrumes. Les îles Hawaï tirent leurs ressources agricoles de produits tropicaux comme l'ananas et la canne à sucre.

Mais attention, l'agriculture américaine dégage des excédents considérables donc elle est totalement dépendante des exportations. Les agriculteurs risquent sans cesse la surproduction et la chute des cours. Cela oblige l'Etat à intervenir en permanence pour soutenir les agriculteurs par des aides directes même si le gouvernement avait annoncé la fin de ces aides pour la fin de l'année 2OO2. Il faut donc mener une politique de gel des terres et une politique d'exportation agressive face à l'Union européenne.

C’est une immense puissance industrielle qui devient une puissance post-industrielle

Nous avons facilement l’impression que les USA souffrent de désindustrialisation. La puissance industrielle subit la concurrence japonaise, européenne et celle des pays NPI asiatiques. Par exemple entre 1950 et 1990 les USA sont passés de 50% à 20% de la production industrielle mondiale. De la même façon les effectifs industriels ont baissé de 45 à 25% .

· Cependant il faut relativiser ce déclin puisque la production a augmenté de 50% grâce aux gains de productivité, et l’industrie américaine produit encore 1/5ème de la production industrielle mondiale.

==> l’industrie s’est reconvertie

· Toutes les industries ne sont pas sorties également de la crise industrielle.

Exemples : les vieilles industries comme la sidérurgie, le textile n’ont pas trouvé de reconversion.

· D’autres industries traditionnelles comme l’automobile et la chimie ont redressé la barre.

Les plus belles réussites industrielles sont celles des industries nouvelles qui ont besoin d’une recherche poussée telles l’aéronautique, l’informatique, l’aérospatiale, les biotechnologies, l’agro-alimentaire.

La localisation industrielle a évolué ainsi :

- les industries traditionnelles se situent au carrefour de la main d’œuvre, des marchés et des ressources naturelles.

- les industries nouvelles se situent au carrefour des communications, des capitaux et de la recherche.

· La Manufacturing Belt est au Nord-Est mais est devenue une « Rust Belt » c’est à dire une région de friches industrielles. Pourtant elle conserve la moitié des emplois industriels.

Les industries liées au monde militaire sont dans les régions de l’ouest pour des raisons stratégiques puisque avec la seconde guerre mondiale le Pacifique a été la zone cruciale. La politique fédérale a choisi d'y implanter les industries d'armement: la gunbelt. Les raisons sont aussi économiques car la main d’œuvre est moins chère et moins agitée syndicalement puisque ce sont surtout des immigrés.

· Les industries lourdes se déplacent dans les ports car elles ont de plus en plus besoin des importations de pétrole.

· Les industries nouvelles sont dans la Sun Belt du fait de l’attrait naturel de cette région, de la présence des capitaux étrangers et des possibilités liées aux Maquiladoras mexicaines.

· Les grands complexes industriels sont les plus efficaces car ils associent l’industrie , la recherche et l’innovation . Le meilleur exemple étant la Silicon Valley.

Ce qui est nouveau c’est le poids des services

Le secteur des services occupe 3 actifs sur 4 et c’est celui qui créé le plus d’emplois. C’est grâce à lui que le taux du chômage a diminué aux USA.

· Le secteur des services est internationalisé et développe tout un secteur mondial des échanges. C’est le cas des firmes comme Mc Donald’s, Walt Disney, l’American Express ou les chaînes hôtelières comme l’hôtel Sheraton.

· Le secteur tertiaire est indispensable désormais aux secteurs agricole et industriel car c’est lui qui conçoit les produits et qui les distribue . Nous sommes à l’heure de la publicité, du marketing , du consulting ….

· Le tertiaire est un secteur très diversifié et très hétérogène. Certains emplois sont de très haut niveau exigeant des qualifications pointues pour les ingénieurs, les cadres, les universitaires mais en bas de l’échelle il y a les « Mac Jobs » qui sont des emplois sans aucune qualification .

· Le tertiaire structure le territoire car les transports et les communications ont permis les délocalisations industrielles. La concentration des sièges sociaux au sein des CBD des grandes villes donnent un rayonnement mondial économique et financier à des villes comme Chicago. Les CBD d’ailleurs ne font qu’augmenter et ont besoin de plus de surface pour les bureaux.

· Le tourisme occupe une place particulière dans le secteur tertiaire et occupe un actif sur 1O. Les activités sont contrastées et sont vraiment tournées vers la nature comme avec le parc de Yellowstone. Le tourisme américain c’est aussi l’industrie du rêve et cela marche avec les parcs de loisirs comme Disneyworld en Floride qui sont des parcs gigantesques et qui s’exportent. Mais il faut y ajouter le tourisme de jeux avec Las Vegas qui voit le nombre des visiteurs augmenter chaque année.

2.2 Les Etats-Unis sont la première puissance militaire et spatiale

· Ils ont la première force de frappe mondiale puisqu’ils disposent de 45% des têtes nucléaires mondiales et qu’ils ont la majorité des armes conventionnelles. Le budget de la défense représente 48% des dépenses militaires mondiales et elles ont beaucoup augmenté depuis les attentats du 11 septembre 2001.

· Les entreprises du complexe militaro-industriel comme Boeing , Lockheed emploient 2 millions de personnes et dépendent étroitement du Pentagone.

· Le déploiement des forces militaires américaines est planétaire car ils veulent protéger leur territoire contre le terrorisme, et protéger leurs intérêts économiques et stratégiques. Depuis 1991, et la fin de l’URSS, les Etats-Unis sont les seuls gendarmes du monde et ils multiplient les alliances et disposent de forces permanentes sur tous les continents et dans tous les océans. En 1980 on parlait de « guerre des étoiles » mais depuis le bouclier antimissiles n’a pas diminué.

· Les vols de navettes spatiales, et la flotte des satellites de la NASA assurent la maîtrise de l’espace . Le dispositif Echelon garantit un contrôle efficace d’écoute des communications mis au service de l’espionnage économique ou stratégique. C’est le Hard Power

C’est la superpuissance du capitalisme mondial

  • La domination des grands groupes capitalistes américains est l'image même des USA avec ces « géants » que l'on appelle les conglomérats. Leur chiffre d'affaires, le nombre de leurs employés, la diversité de leur production symbolisent la puissance économique américaine. Dans le classement des principaux trusts nous trouvons en tête General Motors et Exxon. Finalement 43 entreprises américaines figurent parmi les 100 premières mondiales. La force des conglomérats est étroitement liée à l'organisation bancaire. Dans tous les CBD on trouve des banques qui sont les moteurs des activités. Elles sont nombreuses et imposantes avec leurs sièges dans les gratte-ciel de Wall Street à New York. Les bourses complètent le dispositif.
  • La puissance financière est aussi celle du dollar, monnaie internationale et qui est la seule monnaie de référence des produits comme le pétrole.
  • Les places boursières américaines ( NYSE, New York stock exchange , la bourse de valeurs de Wall Street) dominent largement les transactions mondiales (indices Dow Jones et Nasdaq pour les NTIC)

Les Etats-Unis c'est une immense puissance commerciale

  • Les USA sont la première puissance commerciale du monde puisqu'ils assurent 13% des exportations et 15% des importations mondiales. Depuis 1945 dans le cadre du GATT( de la réduction des droits de douane) puis de l'OMC ( l'organisation mondiale du commerce) les relations avec ses partenaires privilégiés ( Canada, Mexique et Asie) n'ont cessé de s'accroître . Les échanges avec l'Union européenne ont été dépassés par ces nouveaux partenaires. Le président Clinton avait été le premier à s'inquiéter du déficit chronique de la balance commerciale et il avait relancé les exportations et lutté contre les importations agricoles européennes, les importations industrielles japonaises et cherché de nouveaux marchés en Chine et en Afrique .

On peut cependant établir dans l'espace économique américain plusieurs sphères de domination.

1 ) le marché intérieur car les américains sont nombreux , ont de hauts revenus et sont de grands consommateurs.

2) les zones frontalières qui prolongent le marché intérieur. Le meilleur exemple étant les Maquiladoras de la frontière mexicaine. les usines en question sont américaines, n'ont pas de charges pratiquement car elles sont sur la frontière et emploient une main d'œuvre à bon marché, la population mexicaine.

3) l'ALENA ( l'association Nord américaine de Libre Echange) qui est un marché commun avec le Canada et le Mexique

4) la sphère des partenaires privilégiés pour des raisons stratégiques comme Israël, l'Arabie Saoudite, la Turquie, le Koweit.

5) la sphère des firmes multinationales qui prolongent la puissance américaine partout dans le monde.

2.3 : un modèle attractif mais contesté

Les Etats-Unis ont une réussite étonnante puisque le PNB par habitant est supérieur à 20 000 dollars ce qui en fait l'un des plus élevés du monde . C’est le mythe du self made man à la Rockefeller ou Gates.

  • Le modèle américain , « l'american way of life » s'est répandu partout dans le monde et l'industrie cinématographique ainsi que les séries télévisées ont servi à transporter ce modèle. Les chaînes d’informations comme CNN ou cinématographiques comme Wall Disney représentent la forme médiatique du soft power. Internet créé à des fins militaires est toujours sous le contrôle américain car le moteur de recherche Google assure la moitié des recherches sur la toile.
  • L'expansionnisme des USA s'appuie sur la domination de l'anglais-américain devenu la langue du commerce international. Les universités et les centres de recherche draînent des chercheurs et des intellectuels du monde entier. 1/3 des étudiants chercheurs faisant leurs études à l’étranger le font aux USA.

==> cette domination est donc technique et culturelle et tend à uniformiser les cultures sur l'ensemble de la planète.

Mais l’hyperpuissance américaine provoque des réactions de rejet, parfois extrêmes

· L’unilatéralisme des E.U qui refusent de se plier aux institutions internationales.

· Les ambitions américaines sont freinées par la contestation politique de certains pays comme le Vénézuela. Une association de coopération entre le Vénézuela, Cuba et la Bolivie (ALBA)a été créée en 2005 par le président Hugo Chavez

· La question environnementale est aussi source de polémiques intérieures et extérieures car la population américaine représente 5% de la population mondiale et émet ¼ des gaz à effet de serre. Ils n’ont pas ratifié le protocole de Kyoto.

Tags:

Cours de géographie de terminale

LA NOUVELLE ROUTE DU LITTORAL

novembre 26
by Catherine Bertin 26. novembre 2011 06:43

Dans le cadre des études de cas concernant les territoires de proximité, j’avais demandé à toute la classe de PS5 d’étudier la future route du littoral et de réaliser une présentation sous forme de diaporama. Le dossier devait être argumenté, illustré et devait comporter deux schémas et un sondage personnel.

De très beaux diaporamas ont été présentés, faisant la démonstration d’un vrai investissement de la part des groupes d’élèves et une belle maîtrise de l’outil informatique, méritant d’ailleurs que le B2I soit validé. J’ai choisi d’intégrer au site trois diaporamas: celui d’Anaïs, Cynthia, Estelle et Frédéric, uniquement parce que tout en étant joliment présenté, il contenait un texte complet et une démarche argumentative intéressante . Celui de Pierre, Xavier, Marion et maxime car dans  sa partie schémas et frise chronologique en particulier qui sont plus intéressants que dans le premier dossier. Et finalement j’ai ajouté quelques diapositives du superbe dossier animé d’Arjune, Loïc, Emmanuel et Nicolas qui ont bien mis en évidence les acteurs et les problèmes liés à l’environnement. Pour les groupes ayant un travail de documentation un peu moins complet, il est possible d’apprendre la fiche-résumé du groupe de Maelle, de Yanis, d’Alexandre  et de Julien l’un de ces dossiers pour le baccalauréat. Mais encore une fois, bravo à la majeure partie de la classe !!

 

Diapositive1

 

Diapositive2

Diapositive3

Diapositive4

Diapositive5

Diapositive6

Diapositive7

Diapositive8

Diapositive9

Diapositive10

Diapositive1

 

Diapositive6

Diapositive7

Diapositive8

Diapositive9

acteurs

environnement

projet

La nouvelle route du Littoral est un projet d'aménagement de l'actuelle route du Littoral à La Réunion. Le projet est resté en suspens depuis bien des années mais il devient aujourd'hui une nécessité pour sécuriser cet axe routier qui relie le Nord et l'Ouest et ainsi sécuriser les usagers mais aussi pour éviter toute paralysie du transport de marchandises lorsque la route doit être fermée. Un projet ambitieux mais tout à fait réalisable qui combine plusieurs enjeux à la fois. En effet, plusieurs solutions sont envisagées où la notion de développement durable s'intègre parfaitement à celle du développement économique afin d'améliorer considérablement certains aspect de l'île. Un axe gratuit, sécurisé et moderne sera donc construit avec un budget de 1.6 millions d'euros garanti pas les nouveaux accords de Matignon du 14 octobre 2010. Le chantier démarrera en 2013 et sera livré entièrement en 2020. Il s'agit d'un ouvrage maritime divisé en plusieurs sections, en digues et en viaduc en mer incluant le passage d'un Transport en Commun ,en Site Propre qui est une emprise pour la circulation des transports en commun.

Une nouvelle route du Littoral

L'actuelle route du littoral est située en bas d'une falaise, d'où tombent des blocs rocheux pouvant provoquer des accidents, et en bord de mer. C'est donc un axe routier particulièrement exposé aux risques naturels. Éboulis et houles font que les usagers ne peuvent pas être en sécurité lorsqu'ils empruntent cette route même si d'autres axes routiers, comme la Route de La Montagne, existent afin de permettre aux usagers de se déplacer entre le Nord et l'Ouest même en cas de fermeture de la route du Littoral.

Elle est souvent « basculée », et cela a un réel impact la vie économique de l'île.

En effet, cette route est empruntée par plus de 55 000 véhicules par jour. Parmi ces véhicules, il y a les poids lourds qui transportent des marchandises, ou des matières dangereuses comme le kérosène en direction de Roland Garros par exemple. Les chutes de blocs rocheux et les houles nuisent beaucoup à ces transports. Des systèmes de sécurisation ont été mis en place, mais il s'avère aujourd'hui qu'ils ne sont plus assez efficaces et que les usagers de la route du Littoral sont de plus en plus en danger. C'est pourquoi, la Région a décidé de mettre en place un nouvel axe routier plus sécurisé, afin de sécuriser cette route et d'éviter les basculements et fermetures.

Des acteurs et des débats

Pour ce nouveau projet, beaucoup d'acteurs entrent en jeu et interviennent dans plusieurs domaines et notamment dans l'économie, l'environnement et la construction. Au niveau économique, on retrouve les principaux acteurs de ce projet : l'État et la Région par le biais du CPER. L'union Européenne fait partie des acteurs économique car elle finance en partie le projet. Ensuite, d'autres acteurs secondaires comme La CINOR viennent s'ajouter à la liste. Le domaine environnemental est celui qui réunit le plus d'acteurs pour le projet de la Nouvelle route du Littoral. En effet, plusieurs associations et organismes locaux s'y intéressent afin de garantir une protection environnementale pendant et même après les travaux comme le Conservatoire Botanique National des Mascareignes, l'Association Recherche Valorisation Marine (ARVAM), la Société Réunionnaise pour l'Étude et la Protection de l'Environnement (SREPEN) ou encore l'Observatoire des tortues marines de Kélonia … Enfin pour la construction interviennent essentiellement des architectes, des ingénieurs , des entreprises …

De nombreux débats ont vu le jour avec ce projet de nouvelle route. Le plus récurent est celui concernant le péage. L'ancienne majorité dirigée par Paul Vergès avait en effet prévu d'instaurer un péage pour les utilisateurs de cet axe routier qui auraient du payer à chaque passage sur la nouvelle route du Littoral. Mais ce système fût très vite abandonné avec le changement de majorité et Didier Robert comme nouveau président de la Région. Officiellement, l'abandon du péage a lieu la 14 janvier 2010. Mais la nouvelle route du Littoral est un projet pharaonique qui demande un budget plus qu'important. Au départ, il était évalué à 930 millions d'euros. Mais avec les derniers accords de Matignon, il fixé à 1.6 millions d'euros depuis le 14 octobre 2010. Le prix de ce nouvel axe n'a pas fini d'évoluer et même d'augmenter. Le système du péage pourrait bien réapparaître.

Un autre débat a vu le jour notamment sur la nature du projet . 2 solutions ont été trouvées : Un tunnel/digue ou la solution digue/viaduc. Mais finalement, c'est la solution digue/viaduc qui sera privilégiée.

Le programme et des perspectives

Un programme a été mis en place afin de pouvoir livrer le chantier dans les temps, c'est-à-dire en 2020.

Les premières études datent de 1994.

De nombreuses idées sont dégagées en matière de sécurisation de la route actuelle, autres modes de transports

tunnels, nouvelle voie maritime.

Plusieurs concertations publiques et débats sont organisés afin de trouver la meilleure solution.

Le 24 Août 2006, l’État, choisi la solution d’un aménagement littoral Digue + Tunnel à l’entrée de Saint-Denis

Mais à l’issue d’une nouvelle phase de concertation, La Région s’oriente fin 2008 vers un tracé maritime, composé de sections en digue et en viaduc.

Le 24 juin 2010 ,l’assemblée plénière présidée par Didier robert abandonne le système de péage dégagé par l'ancienne majorité . Le programme d’opération est modifié par l’intégration d’une emprise destinée aux transports en commun. Le budget pour ce nouveau projet est évalué à 1,6 milliard d’euros.

1er avril – 31 mai 2011 : phase de concertation publique dans les 2 mairies concernées, à la région et sur le site internet

Septembre 2011 : Début des études opérationnelles et signature du marché de maîtrise d’oeuvre

Septembre - octobre 2011 : lancement de l’enquête publique

Janvier 2012 : signature de l’arrêté de Déclaration d’Utilité publique (Dup)

Fin 2012 : réalisation des études projet

2013 : Début des travaux

2018 : livraison de la première tranche

2020 : livraison de la seconde tranche

Des prolongement éventuels sont à prévoir au niveau de l'aménagement. Un réseau d'échangeurs est donc prévu au niveau de Saint-Denis , à la Possession et à la Grande-Chaloupe.

A Saint-Denis :

La solution proposée est un échangeur orienté vers la RN6 (situation actuelle), avec :

une 2x2 voies + 1 voie BUS pour les bretelles vers le front de mer ;

une 2x2 voies + 1 BAU pour la continuité de la NRL vers le boulevard Sud (RN6), afin de préserver

l’avenir et les éventuelles mises à 2x2 voies du Front de mer ou du boulevard Sud.

Le site propre pour les TC peut être prolongé côté mer

A la Possession :

La solution proposée est un échangeur complet avec :

Une voie pour la sortie Saint-Paul – La Possession et pour l’entrée La Possession – Saint-Denis

Une voie pour la sortie Saint-Denis – La Possession et pour l’entrée La Possession – Saint-Paul

Le site propre pour les TC pourrait être prolongé en contournant l’échangeur côté mer

A la Grande-Chaloupe :

Différents types d'échangeurs sont évoqués pour la Grande-Chaloupe.

Mais la solution retenue est celle de l'échangeur complet.

Une voie pour la sortie Saint-Denis – Possession et pour l'entrée La Possession - Saint-Paul

Une voie de sortie Saint-Paul – La Possession et pour l'entrée La Possession – Saint-Denis

Le Trans Eco Express

La nouvelle route du littoral prévoit une emprise pour l'éventuel passage d'un Transport en Commun en Site Propre. Le TEE a pour objectif de faciliter la circulation des bus et promouvoir le transport en commun avec un réseau de bus à haut niveau de service grâce à un maillage complet de l'île.

Conclusion :

Un projet d'aménagement longtemps resté dans les cartons qui combine tous les domaines économiques et environnementaux par exemple. Une nécessité à cause des risques naturels , basculements etc.. Plusieurs acteurs , 3 domaines . Des débats politiques . Selon un calendrier bien précis plus des perspectives d'aménagement .

Tags:

CROQUIS DE SYNTHESE SUR LA MONDIALISATION

novembre 08
by Catherine Bertin 8. novembre 2011 13:16

Un premier petit croquis pour présenter les acteurs de la mondialisation

mondialisation

La mondialisation a des acteurs, mais il faut évoquer aussi les flux et les lieux. Voici le deuxième croquis possible….

mondialisationbis

Et vous pouvez donner un peu plus de mouvement à votre croquis de la manière suivante….

croquismondialisation

Tags:

Cartographie

Les articles du mois

Les articles par thème