CBCours

Le site de votre professeur d'Histoire Géographie

LE BRESIL, UNE PUISSANCE EMERGENTE DU SUD

juin 30
by Catherine Bertin 30. juin 2011 14:20

INTRODUCTION

Le Brésil est un pays d’une superficie de 8 511 965 km2, avec une population de 172 559 000 habitants. Pour le développement, il se classe au 65ème rang mondial avec un IDH de 0.777. Mais la valeur de ces chiffres est à nuancer dans un pays qui pourrait être considéré comme le troisième des Etats-continents émergents avec la Chine et l’Inde. Par exemple dans le Nord-Ouest du Brésil, l’IDH est le plus souvent inférieur à 0.5 et les densités ne dépassent pas les 11,3 hb/km2.

Le Brésil peut-il être considéré comme une puissance émergente ou un état sous développé ? S’ il s’agit d’un Etat sous développé, le retard dans ce domaine marque-t-il l’ensemble de son territoire ? Si c’est une puissance émergente, comment l’Etat Brésilien cherche-t-il à réduire les inégalités spatiales et à se développer? Quelles sont les  politiques de développement instaurées par le gouvernement de Lula et poursuivies par Dilma Roussef?

I Les inégalités de développement au Brésil sont marquées par l’organisation spatiale.

1.1   Les hommes et les activités sont inégalement répartis :

On observe une concentration de la population et des activités sur le littoral.

Par exemple, le Sud et le Sud Est, c’est 57 % de la population sur 18 % de la surface. Ces régions réalisent 76 % du RNB brésilien.

Alors qu’au Centre Ouest et dans le nord de l’Amazonie, la moyenne des densités est de 5 hb/km2 sur 64 % du territoire.

2/3 des ruraux soit 20 millions de personnes sont pauvres. Ils vivent le plus souvent sans eau et sans électricité. Ces populations sont particulièrement représentées dans le Nordeste et en Amazonie. Par conséquent, l ’IDH du Brésil a beau être de 0.777, à l’échelle régionale, on observe de grands contrastes.

Ainsi se distinguent par leur pauvreté et leur retard de développement, le Nordeste et le Nord-Ouest. Le Nordeste est la région la plus pauvre. Certes, les cultures commerciales du littoral sont prospères; mais à l'intérieur, la misère du Sertào rappelle certains traits du Sahel.

Au Sud-Est, par contre, on trouve les Etats les plus développés du Brésil.

                      1.2 L’’inégal développement engendre de grands flux

Ces disparités de développement génèrent des flux migratoires.

Des flux migratoires internes d’une part :

En effet on assiste à un important exode rural des régions rurales de l’extrême Sud et du Nord-Est vers les régions urbanisées du Sud et du Sud-Est.

Il existe également des phénomènes d’émigration vers les pays voisins. Par exemple, il existe une émigration brésilienne en direction de la Guyane française.

Donc le Brésil se caractérise par une maîtrise et un développement très inégaux de son territoire.

                     1.3  Les flux migratoires internes développent l’urbanisation.

L’exode rural est responsable de l’explosion urbaine au Brésil. Mais il transfère la pauvreté des campagnes vers les villes. Les néo-urbains s’installent dans les favelas des périphéries ou des quartiers bidonvilles des centres. Si ces migrations ont touché en priorité les agglomérations du littoral comme Rio, Sao Paulo ou Recife (ainsi, la population vivant dans les favelas de Rio de Janeiro est passée de 169 000 en 1950 à 1 093 000 en 2000), il concerne maintenant la totalité des villes brésiliennes par exemple, 30 %de la population de Belém vivent dans des bidonvilles. On observe ,aujourd’hui une croissance, rapide des villes moyennes.

Dans les grandes agglomérations du Brésil coexistent des quartiers caractérisés par une grande richesse et des bidonvilles appelés favelas au Brésil. Les favelas sont devenues de véritables villes dans la ville. Quartiers de misère, d'insalubrité et de violence, les favelas disposent souvent de leur propre organisation sociale, souvent dirigée par des bandes mafieuses. Ces zones de sous-développement échappent parfois totalement au contrôle des autorités publiques.
 Dans les quartiers où le sous emploi est massif (A Paraisopolis , deuxième favela de Sao Paulo , 20% des 60 000 habitants sont au chômage), les sources de revenus des habitants sont diverses: à côté du secteur informel, certains continuent de travailler quelques semaines par an à la campagne.

II Les Politiques de développement et d’aménagement du territoire au Brésil.

                        2.1 : Un développement historiquement récent .

A l’issu de la période coloniale, le Brésil était un pays à dominante agricole.

Dans l'entre-deux guerres, le Brésil a donc d’abord cherché à se développer en exploitant et en exportant ses ressources agricoles et minières. Ensuite, le gouvernement a encouragé les industries de substitution des importations, ce qui a donné naissance à des industries destinées au marché extérieur. Il produit alors des produits manufacturés avec une croissance annuelle de 10 % de 32 à 39 et de 6 % pendant la seconde guerre .

Dès les années 50, mais surtout à partir de 1960 et jusqu'à 1974, le Brésil s’est ouvert. Il a connu une forte croissance économique avec des taux compris entre 5 et 10 % par an . C’est ce que l’on appelle le miracle brésilien . La stratégie reposait alors sur le développement des exportations et l’appel à des capitaux étrangers.
Ex : Mercedes-Benz, Fiat, Ford et Volkswagen dans le domaine de l’automobile.

Les crises financières des années 80 et 90 et les politiques d’ajustement du FMI, accélèrent la libéralisation et l’ouverture de l’économie. Depuis 1995, ce sont 150 milliards de dollars qui ont été investis au Brésil . Cependant, ceci renforce sa dépendance vis-à-vis des pays du  nord.

Les politiques d’aménagement du territoire sont importantes .Depuis 1950, elles ont été mises en place pour réaliser l’unité territoriale et promouvoir l’égalité des classes sociales et des régions. Les plus importantes sont :
        -En 1959 est créée une nouvelle capitale : Brasilia ( 2.1 millions d’habitants aujourd’hui, pour l’essentiel, il s’agit d’une ville de fonctionnaires) .
         -Dans les années 70, est mise en place une politique de colonisation de l’Amazonie avec l’ouverture d’un front pionnier. Le gouvernement brésilien propose aux paysans du Nordeste touchés par la sécheresse de s'installer le long de l’ axe de développement réalisé « la transamazonienne ». L'ancien président brésilien Medici déclare :"Que les hommes sans terres aillent sur la terre sans hommes".
         -Des plans de réformes agraires (1985, par exemple) sont adoptés mais timidement appliqués. Dans les villes, l’Etat a mis en œuvre des politiques d’urbanisation visant à rebâtir en dur et à équiper les logements de tout à l’égout mais beaucoup reste à faire.

Finalement on peut admettre que la volonté de développement est  forte au Brésil.et que le rôle moteur est joué par l’Etat .

                       2.2 : Quel bilan pour les politiques de développement ?

Les progrès :

L’affirmation d’une puissance.

C’est une puissance régionale. Le Brésil représente 50 % de la population et du RNB de l’ Amérique du Sud.

C’est la deuxième économie du Sud derrière la Chine.

Ses ressources sont importantes ( : 17 % des réserves aquifères mondiales, 480 millions d’hectares de terres en réserve, le 2ème patrimoine forestier, des gisements d’or et de manganèse, le premier gisement mondial de fer ( production annelle de 240 millions de tonnes = 24 % de la production mondiale).

 Une forte intégration dans une économie mondialisée. Il fait partie avec l’Uruguay, l’ Argentine et le Paraguay du MERCOSUR qui depuis 95 est une zone de libre échange.

Ses exportations ressemblent à celles des Etats du Nord ( Produit manufacturés = 65,7 %, produits miniers = 10 %, produits alimentaires =9.9 % , produits semi-transformés =8.2 %, produits agricoles bruts = 6.2 %). Le Brésil exporte également des productions audiovisuelles (telenovelas)

Les limites :

Les traits du sous- développement sont:

De profondes inégalités se maintiennent. Il y a au Brésil des populations riches .  1 % de la population dispose de 13.3% des revenus et 10 % de cette même population dispose de 47.5 % des richesses.

 En dépit de la croissance agricole, 20% des Brésiliens souffrent de malnutrition. Le sous-développement frappe particulièrement les campagnes où vivent encore 25 % de la population.

 Le Brésil est donc une puissance intégrée dans la mondialisation mais connaissant des retards de développement. C’est peut-être pour cela qu’au forum social de  Porto Alegre il devient la tribune des Sud et de l’alter mondialisme.

 Les limites du développement choisi.

La politique d'installation de paysans pauvres est souvent un échec. Alors qu'au Brésil 182 millions d'hectares de terres détenus par de grands propriétaires sont  improductifs , 5 millions de familles brésiliennes sont sans terre.

Les petits paysans (les caboclos) survivent avec difficulté. Certains sont devenus des petits propriétaires (les posseiros) sans titre officiel ou définitif de propriété. Ces derniers sont souvent expulsés par des spéculateurs fonciers ou des éleveurs au prix d'une violence dramatique: environ 260 paysans revendiquant la propriété de leur terre auraient été tués entre 1991 et 1997. Les petits paysans ont eu l’ espoir de voir leur sort s’améliorer avec le nouveau président Lula mais leur pauvreté est loin d’avoir disparue.

Un mode de mise en valeur qui compromet le développement durable.

Défrichements incontrôlés, fragilité des sols, maladies, parasites, difficultés à construire des routes en milieu humide ou absence de débouchés pour les productions sont des limites de la déforestation au Brésil. Ces problèmes ont largement été débattus dès 1992 à la Conférence de Rio de Janeiro ( Sommet de la Terre).

            2.3 Le maintien de contrastes régionaux.

Le centre : Il est constitué par le Sudeste.

Il est caractérisé par de fortes densités de population et l’existence de villes de dimension continentale mais de réputation mondiale. Dans cette partie du Brésil se concentrent les activités et les richesses Le « triangle industriel » réalise 70 % de la valeur ajoutée industrielle brésilienne. Ce triangle est donc attractif pour les candidats à l’émigration interne.

La périphérie en difficulté : Le Nordeste.

Caractérisée par de grandes inégalités, c’est le Brésil le plus pauvre. Il comprend un « triangle de la sécheresse » répulsif à l’origine de flux migratoires internes. La Périphérie intégrée ou en cours d’intégration. Elle comprend le Sud et le Sud du Centre-ouest. Son développement est lié au volontarisme de l’Etat (Création d’une capitale à Brasilia).Cet espace est en cours d’intégration par le centre.

La périphérie à exploiter ou en réserve Le Nord et le Nord du Centre-Ouest. On peut distinguer une zone agricole et minière en cours d’intégration grâce à un front pionnier . Mais il manque des volontaires pour l’animer.

Une zone en réserve avec quelques îlots de développement ( nord-ouest).

Conclusion :

Le Brésil a beau être une puissance régionale, il reste l’un des pays les plus inégalitaires. On y observe d’une part, de fortes inégalités sociales mais également de grandes disparités spatiales. Celles-ci génèrent des flux migratoires internes et une explosion urbaine mal maîtrisée. Des politiques sont menées pour assurer un meilleur développement mieux réparti sur le territoire. Des flux migratoires sont également suscités vers l’intérieur.
Comme il n’y a pas un sud mais des sud, il n’y a pas un Brésil mais des Brésil.

 

Tags:

Ajouter un commentaire

  Country flag

biuquote
  • Commentaire
  • Prévisualiser
Loading

Les articles du mois

Les articles par thème