CBCours

Le site de votre professeur d'Histoire Géographie

LES DYNAMIQUES DES ESPACES PRODUCTIFS FRANCAIS

février 05
by Catherine Bertin 5. février 2012 09:50

3ème chapitre du thème 2 de géographie du nouveau programme des 1S

Introduction

Le territoire français est une grande nation agricole depuis des siècles et au 19ème siècle elle s’est industrialisée dès la 1ère révolution industrielle. A présent la mondialisation agit sur les territoires productifs français car la production , qu’elle soit agricole, industrielle ou de services se localise uniquement dans des territoires intégrés aux flux mondiaux du commerce, des espaces capables d’exporter et d’importer. La position géostratégique de la France à l’isthme de l’Europe et ses façades maritimes sont un atout principal.
Les espaces productifs ont donc dû être réaménagés pour attirer, développer ou conserver des activités économiques et pour faire face à la concurrence internationale.
La France a la particularité aussi d’avoir un secteur tertiaire omniprésent qui est le moteur de la croissance mais il faut pourtant diversifier nos espaces productifs.

Problématique : quels sont les espaces productifs français et comment s’intègrent-ils dans la mondialisation ? Quels sont les effets de la concurrence mondiale ? Quelle est la place originale des espaces agricoles ?

1 : Les espaces productifs français dans la mondialisation
1.1 Une adaptation des espaces à la compétition internationale

Carte p.140-141

Les entreprises françaises, les Firmes TransNationales, les collectivités locales et l’Etat sont les acteurs de notre économie. Tous valorisent l’Ile de France et les principales métropoles régionales. La raison principale est leur accessibilité aux réseaux de transport européens et mondiaux.

Paris et son aire urbaine concentre l’essentiel des fonctions de commandement politique et économique. On y trouve le quartier de la Défense, la Bourse Euronext, les sièges sociaux de grandes firmes transnationales européennes.
Marseille, Lyon et Lille grâce à leur aéroport international, aux sièges de certaines firmes, aux centres de recherche peuvent aussi avoir des pouvoirs de commandement donc être des métropoles.

Dans l’industrie, les FTN présentes en France sont connectées à des clients européens en priorité et quelquefois mondiaux mais elles fonctionnent à flux tendus, ce qui signifient qu’il n’y a pas de stocks. è elles s’installent dans les interfaces industrielles de la France : les périphéries des métropoles et les littoraux, plus particulièrement dans les ZIP ( zones industrialo-portuaires) qui ont reçu l’aménagement de l’Etat.

On retrouve cette notion d’accessibilité dans les espaces productifs agricoles. Ils se localisent en fonction des infrastructures routières et portuaires car les produits agricoles doivent être vendus rapidement en France mais aussi à l’étranger. Rouen est le 1er port exportateur de céréales de l’Union Européenne.

Dans la compétition économique la France souffre d’une double concurrence : celle des pays émergents mais aussi celle des Etats-Unis et du Japon. Elle a un vrai retard technologique face aux deux derniers . Le résultat est triple :
- notre croissance économique est faible
- nos gains de productivité sont limités
- nous sommes dépendants dans le domaine des technologies de l’information et de la communication.

strategie_europe2010

L’Union Européenne a défini la Stratégie de Lisbonne en 2000. Il s’agissait de faire de l’Union Européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive du monde d’ici 2010 ». Le processus a pris du retard mais cette stratégie reste au cœur des actions de nos états. Elle a été prolongée par la stratégie Europe 2020, en 2010…

Carte P.146- Pôles de compétitivité

L’Etat a donc multiplié les territoires de l’innovation. 71 pôles de compétitivité nationaux ont été définis où les entreprises recherchent des effets de synergie, c'est-à-dire des complémentarités entre les entreprises pour être plus efficaces tout en dépensant moins de moyens.
Il faut leur ajouter les technopôles qui s’implantent à la périphérie des villes, qui sont bien desservies pas les routes, le chemin de fer, le métro etc…. et qui offrent un cadre de vie agréable. L’Etat ou les collectivités locales peuvent s’y impliquer directement.

 

1.2 : les atouts et les contraintes de nos espaces productifs

repartitionpop.active

La France a globalement une économie plus diversifiée que celle de ses voisins allemands et britanniques car elle est moins industrielle que l’Allemagne et moins financière que le Royaume-Uni. Mais l’évolution par secteurs montre que la tertiarisation de l’économie française se renforce puisque 75% des français travaillent dans les services. Les français ne sont ni des ouvriers, ni des agriculteurs.

On retrouve cette diversification dans les paysages car même les régions qui sont à l’Est de la diagonale le Havre –Marseille sont plus industrielles et que celles à l’ouest sont plus agricoles, toutes les activités tertiaires ont fini par pénétrer dans tous les paysages.
Ex : les villes de Nantes et Bordeaux.

L’enjeu pour les entrepreneurs privés comme pour l’Etat est d’aménager les espaces pour augmenter leur compétitivité et éviter la désertification. Les aménagements sont : l’accès à l’internet haut débit
les trains express régionaux de la SNCF
des réseaux de transport modernes.
Nous avions déjà vu que les communes rurales gagnent globalement de la population et développent des emplois résidentiels. Les emplois industriels eux, sont localisés dans les espaces périurbains et dans le rural périurbanisé. Les services du tertiaire sont aussi importants à la campagne qu’à la ville avec l’agrotourisme et tous les services à la personne.

Dans les villes la gamme des services est encore plus diversifiée : prestations de services aux entreprises, transports, hyper et supermarchés, banques, assurances, écoles, collèges, lycées et les services médicaux. La France est ainsi la 2ème puissance exportatrice de services en Europe juste derrière les Etats-Unis.

points forts

La France est selon les moments au 2ème ou au 3ème rang des IDE. è les firmes étrangères investissent en France ce qui créé des emplois.
Pourquoi ? la France a une position stratégique en Europe car elle est au cœur du marché européen et de la zone euro.
En commerçant avec la France, les entreprises bénéficient du premier marché de la planète.
La France est parfaitement connectée à l’Europe et au monde grâce à son réseau ferroviaire basé sur le TGV, avec ses aéroports internationaux. Roissy est au 2 rang des aéroports mondiaux pour le transport des voyageurs.
La population active a un très bon niveau d’étude
Les services publics sont nombreux et de bonne qualité
La France garde sa réputation de pays ayant une bonne qualité de vie.

2 : Les effets de la mondialisation et les dynamiques des espaces productifs

              2.1 Les espaces agricoles français

productions agricoles

50% du territoire français est consacré à l’agriculture et la France est le 1 producteur agricole européen et le 2ème exportateur de produits alimentaires.
On remarque sur le tableau que l’agriculture française est très variée et complète : des productions végétales et des productions animales. On peut y ajouter la pêche maritime et l’aquaculture , en particulier l’ostréiculture.

La réussite de l’agriculture en dehors de la tradition séculaire de la France et de la qualité de ses sols, s’explique par la pratique d’une agriculture intensive donc qui concentre les terres , comme dans le paysage d’open-field et produit le maximum sur les terres. Pour augmenter la rentabilité, l’agriculture s’est mécanisée ce qui explique la débocagisation même de l’ouest français et l’utilisation massive de l’irrigation. C’est une forme d’agribusiness puisque la moitié de la Surface Agricole Utile est exploitée par 27% des entreprises agricoles, donc les agriculteurs sont de grands propriétaires et les petites fermes familiales ne sont plus les plus rentables.

Les régions ont tendance à se spécialiser au niveau production : les régions céréalières, les vignobles, les régions d’élevage, les micro-régions de vergers etc….
La France avait une très belle forêt qu’elle a en grande partie protégée et elle a même reboisé depuis 2000 puisqu’elle a augmenté son espace forestier de 10% depuis 2000.
La proximité des grandes villes montre que la France rurale côtoie et touche la France industrielle et urbaine. C’est la périurbanisation qui permet ce mitage.

La politique agricole commune de l’Union Européenne a eu un gros impact sur l’agriculture française car elle lui a permis de devenir exportatrice, en distribuant des subventions. Les agriculteurs ont agrandi les propriétés et les ont modernisées mais beaucoup se sont endettés. Seuls les plus rentables sont restés.

Les productions agricoles françaises doivent affronter la concurrence des produits des autres pays européens et les prix sont dépendants de l’état du marché mondial.
Ex : les bananes produites dans les Antilles sont concurrencées par le Cameroun ou l’Equateur.

Toutes les régions de polyculture sont en difficulté et les producteurs misent sur la qualité . Ce sont les AOC , label de qualité que l’on retrouve sur les vins, les fromages, et sur tous les produits qui vont avoir un label de spécialité régionale. Autre possibilité pour les régions de maraîchage, produire et vendre aux villes et aux espaces les plus proches.

Pour les cultures céréalières ou l’élevage intensif, hors sol en batterie, elles sont intégrées au secteur agroalimentaire (les IAA). C’est le modèle breton. Pour ce qui est des grands vignobles comme le Bordelais ou le Champagne, ils sont complètement intégrés à la mondialisation car ils sont largement exportés. Ils subissent aussi la fluctuation des cours mondiaux .

Quels sont les enjeux de nos productions agricoles ?
- fournir aux consommateurs des produits de qualité, issus de l’agriculture biologique par exemple . Le Grenelle de l’Environnement en 2007 avait demandé à ce que 7% de la SAU y soient consacrés. Actuellement seuls 2,5% sont consacrés à des productions méritant le label AB. Les OGM sont interdits depuis 2008.
- éliminer la pollution d’origine agricole en particulier des nappes phréatiques. La bioénergie se développe de plus en plus.
- compléter le travail agricole par des activités de tourisme vert, d’accueil à la ferme avec vente des produits de la ferme, gîtes d’étape, ferme-auberge…… Aucune de ces activités ne suffit à faire vivre les agriculteurs mais associées elles permettent de revitaliser certaines régions.

               2.2 La relocalisation des espaces productifs

euroregions

Les eurorégions ont été créées par les autorités françaises et européennes pour développer des régions qui fonctionnent en réseaux et qui sont des pôles de compétitivité.
Les résultats sont inégaux car toutes les eurorégions ne sont pas aussi dynamiques les unes que les autres. Ce sont des régions transfrontalières qui ont un rôle d’interface. Mais les flux transfrontaliers sont dissymétriques car les zones françaises attirent moins que les zones belges ou allemandes.

Même si les pôles de compétitivité sont trop récents pour que l’on présage de leur avenir , il semble déjà que ceux qui ont une vocation mondiale car polarisés sur une métropole comme Paris, Lyon ou Toulouse s’en sortent mieux que les pôles de compétitivité basés sur le maintien d’un savoir-faire ( ex : Oyonnax spécialiste de la plasturgie) .

Les pôles qui mettent en complémentarité ou en réseau des entreprises complémentaires d’un même secteur ( Ex : La cosmetic valley) sont plus dynamiques.
D’une manière générale les technopoles et les pôles de compétitivité regroupent les fonctions tertiaires supérieures et fabrications de sous-traitance sont réparties sur tout le territoire et même installées à l’étranger.

Autres conséquences :

- la division Est industriel et Ouest rural n’est plus significative. L’Arc atlantique est très dynamique et possède de grosses technopoles.
-les espaces enclavés, abandonnés dont les usines ferment, qui n’ont plus d’écoles plus de commerces n’existent pas que dans la diagonale du vide. Les régions intérieures comme la Bretagne en souffrent aussi.

reunion

Le développement peut exister à l’échelle locale comme à la Réunion où même si l’agriculture de la canne ne se porte pas très bien, le tourisme est en plein développement surtout depuis la nomination au patrimoine mondial de l’Unesco. Le risque est la concurrence dans le cadre de la mondialisation. Ex : la Réunion est concurrencée touristiquement par Maurice tout comme la Guadeloupe ou la Martinique sont concurrencées par la république dominicaine dont les tarifs sont moins élevés .

Les défis de ces espaces sont d’aider à la reconversion industrielle, et de réimplanter les usines qui avaient été délocalisées ( ex : l’entreprise de ski Rossignol) et d’attirer les entreprises étrangères comme Toyota.

2.3: La formation d’espaces productifs spécifiques

Les grands ports maritimes , les carrefours, les eurorégions transfrontalières sont dans une position d’interface.

Des espaces spécifiques dédiés aux firmes industrielles se sont multipliés car les firmes recherchent les meilleures conditions d’accès, de services, de main d’œuvre…. Les entreprises mettent en commun leurs investissements dans la recherche et le développement.
Ex : la cosmetic valley a transformé la Beauce en territoire de l’innovation.

L’Etat et les collectivités locales accompagnent les entreprises avec la mise en place des 71 pôles de compétitivité dont 18 ont une vocation mondiale.

La France connait une forte tertiarisation mais les activités tertiaires sont inégalement réparties. Notamment dans les espaces ruraux, les emplois de service sont plus nombreux que les emplois agricoles et sont toujours croissants alors que dans les aires urbaines les services marchands se concentrent de plus en plus et les commerces spécialisés sont plus rares.
Les activités de recherche, de conception, de commandement sont localisées dans les métropoles. Avec la nouvelle Division Internationale du travail les activités du tertiaire supérieur sont un atout supplémentaire : les banquiers, les assureurs, les professions libérales, les enseignants . Par exemple 1/3 des emplois à Paris sont dans le tertiaire supérieur ce qui explique la gentrification du centre ville. Par contre les activités traditionnelles comme l’était le textile dans le quartier du Sentier, reculent. Les métropoles régionales remplissent le même rôle.
è la métropolisation est liée à la tertiarisation du système productif.

Les industries se littoralisent si les littoraux sont bien aménagés ou facilement accessibles.
Ex : Dunkerque, le Havre ou St Nazaire
La France possède 4 zones industrialo-portuaires qui traitent les matières premières importées comme le pétrole : Dunkerque, Marseille, St Nazaire et le havre. Le Havre reçoit même les porte-conteneurs depuis 2006 car on l’a étendu . Ce fut l’opération Port 2000.

Les littoraux jouent un rôle d’héliotropisme comme en Méditerranée avec le fort ensoleillement . Il faut ajouter le thalassotropisme c'est-à-dire toutes les activités du bord de mer.
Le tourisme est varié lui aussi : tourisme de luxe sur la côte d’Azur ; tourisme balnéaire de masse en Vendée ou en Bretagne ; tourisme de proximité sur la côte normande ou sur la côte du nord de la France.

3: Les réseaux de communication relient les espaces productifs

    3.1: Des mobilités de natures différentes

La mobilité est devenue un élément essentiel de notre société, un facteur d’intégration. Les transports à grande vitesse et l’émergence des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication ont réduit les distances-temps des français. La distance  ou l’espace temps se caractérise par le temps nécessaire pour l’accomplir. Par exemple 10km par l’autoroute demandent 5mn mais une heure de trajet en ville.
A l’échelle locale, la mobilité  pendulaire s’intensifie  du fait de la périurbanisation. Il y a une vraie dissociation entre les lieux de résidence et les lieux de travail. Les français parcourent aujourd’hui 43km par jour en moyenne, soit 4 fois plus qu’en 1960.
La mobilité reste importantes entre les régions et quand il s’agit de déplacements temporaires ils sont touristiques. La mobilité résidentielle se fait vers les régions de l’ouest et du sud. Ex: Le languedoc-Roussillon a attiré 240 000 personnes entre 2000 et 2006.

La création de l’espace Schengen a favorisé le déplacement des français hors de leurs frontières. Les flux transfrontaliers sont liés aux raisons professionnelles avant tout. 310 000 français travaillent hors des frontières alors que 11000 viennent des pays voisins. Ce déséquilibre montre le dynamisme des autres pays européens. Développer les réseaux de transport transfrontaliers est donc un enjeu majeur .

Les flux peuvent s’expliquer aussi par le désir d’avoir une fiscalité plus avantageuse.

Il n’y a que dans le cadre touristique que la France peut affirmer qu’elle est le pays le plus visité du monde.

La France a toujours été une terre d’immigration, principalement pour des raisons économiques. A partir de 1974 seuls les regroupements familiaux furent acceptés et aujourd’hui on parle d’immigration choisie qui sélectionne la main d’oeuvre en fonction des besoins du pays.
La géographie de l’immigration s’est stabilisée en France  et les immigrés représentent 8% de la population française et 60% d’entre eux sont en Ile de France, ou en région PACA.
La France n’est devenue qu’une simple étape de transit dans la trajectoire des migrants.

3.2: Un accroissement des flux et un renforcement des axes

Depuis les années 90, avec la mondialisation de l’économie les flux de personnes et de marchandises ont explosé et les transports sont devenus un secteur stratégique.

La route assure 80% des échanges de marchandises et 86% des personnes. La France est un carrefour de l’Europe du nord et de l’Europe du sud .

Les transports fluviaux et ferroviaires ont été pénalisés par la désindustrialisation de l’économie et la baisse des besoins en matièes premières. Leur nouvelle fonction est acheminer les marchandises débarquées par les porte-conteneurs dans les grands ports français.

Les NTIC ont démultiplié la possibilité de communiquer: 65% des français sont connectés à internet, 86% des français ont déjà acheté sur internet.

La France cherche à valoriser sa position de carrefour et les transports organisent le territoire. La concentration des flux s’opère sur les axes majeurs qui sont méridiens comme celui de la vallée du Rhône. Certaines villes sont des portes d’entrée du territoire.
Ces carrefours sont équipés de plateformes multimodales. Les espaces les mieux dotés de NTIC sont des noeuds urbains.

Le réseau français a des faiblesses: sa dépendance au transport routier et sa polarisation sur des axes majeurs ce qui marginalise certaines périphéries.  Il faut ajouter la saturation des axes aux heures de pointe et lors des migrations de vacances. La pollution et les nuisances sonores près des couloirs aériens. Il faut donc encourager le ferroutage c’est à dire le transport qui combine le rail et la route puisque les camions et les conteneurs sont chargés sur des trains spéciaux .

Conclusion

L’Union Européenne comme la France développent des transports “propres”. Le TGV est privilégié sur les longues distances puis les voies d’eau.
D’une manière générale le but est qu’un habitant ne soit jamais à plus de 45 minutes d’un réseau routier 2X2 voies. 

 

 

 

 

 

Tags:

Cours de Géographie de première

Ajouter un commentaire

  Country flag

biuquote
  • Commentaire
  • Prévisualiser
Loading

Les articles du mois

Les articles par thème